Genre / Espèce / Individu - Fiche repère de philosophie

Genre / Espèce / Individu

 

D’après le dictionnaire Trésor de la langue française informatisé (TLFI)

 

            Genre et espèce sont des idées générales, des classes d’êtres ou d’objets qui possèdent un ou plusieurs caractères communs. Dans la classification des êtres vivants, le genre est le niveau situé sous la famille et au-dessus de l‘espèce. Un individu est un être concret, donné dans l’expérience, possédant une unité de caractères et formant un tout reconnaissable. En biologie, un individu est un être organisé, vivant d’une existence propre et qui ne peut être divisé sans être détruit.

           

Sens philosophique

`

            Nous reprenons ici les distinctions établies par Aristote. Selon lui, « est genre ce qui est attribué en leur essence à plusieurs choses ». Le genre, c’est donc un ensemble de propriétés qu’ont en commun plusieurs êtres. Aristote précise : « à plusieurs choses différant spécifiquement » ; autrement dit, les choses appartenant à un même genre se distinguent à leur tour en vertu d’une différence spécifique qui divise le genre en espèces. Mais une espèce peut à son tour être qualifiée de genre s'il existe une différence spécifique par laquelle elle est divisée en espèces distinctes. Une classe d’être est donc un genre si on la considère du point de vue des espèces qu’elle subsume et une espèce si on la considère du point de vue du genre dans laquelle elle est incluse. Il existe néanmoins un genre qui n’est pas espèce, c’est le genre le plus général (ex : la substance) et une espèce qui n’est pas genre. Cette ultime espèce est constituée d’individus, d’êtres qui ne diffèrent pas spécifiquement entre eux mais seulement numériquement. La différence numérique relève des accidents (notons que ce mot chez Aristote ne désigne aucunement quelque chose d’arbitraire mais seulement ce qui n’appartient pas à l’essence d’une chose) affectant les êtres. Ajoutons qu’on définit une chose en adjoignant à un genre une différence spécifique.

           

Développement d’un exemple

 

            Clarifions cette théorie à l’aide d’un exemple. Prenons une classe d’êtres, les animaux. Cette classe est une espèce du genre « être vivant » qui se distingue des végétaux par la différence spécifique « doué de mouvement ». Mais « animal » est aussi un genre auquel appartient l’espèce « homme » qui se distingue des autres animaux par la différence spécifique « doué de rationalité ». La définition de l’homme est par conséquent « animal rationnel » (ou encore « animal doué de parole » puisque logos en grec signifie à la fois la parole ou discours et la raison). L’espèce « homme » n’est en revanche pas un genre car sous elle, ne viennent que des individus (Socrate, Platon, etc.) ne différant entre eux que numériquement. Ce qui fait que Socrate est Socrate et pas un autre individu (la couleur de ses cheveux, sa sagesse, le lieu qu’il occupe actuellement etc.) sont des accidents.

                         

Pour aller plus loin

 

            Dans quelle mesure peut-on dire que les genres et les espèces existent ? Ne sont-elles pas que des abstractions visant à rendre compte de caractères possédés en commun par les seuls êtres qui existent véritablement, à savoir les individus ?