L'art est fait pour troubler, la science rassure

L'art est fait pour troubler, la science rassure Sujets / La culture / L'art /

Un début de problématisation ...

    "La science, traditionnellement, est perçue comme une activité qui vise à découvrir l'ordre de la nature. Tâche difficile, puisque cet ordre est souvent dissimulé. Mais tâche dont le but idéal est sans équivoque : tout ce qui est opaque doit devenir transparent, tout ce qui est confus doit être mis en ordre. Sans doute est-ce pour cette raison que le peintre Georges Braque avançait cette formule :" l'art est fait pour troubler. La science rassure". Mais aujourd'hui, les scientifiques s'intéressent au désordre sous toutes ses formes;  et l'idée même d'élaborer une "science du désordre" prend consistance. Faut-il donc admettre que la situation a changé? Comment comprendre et comment évaluer la mutation qui est en train d'engendrer une science d'un genre inhabituel". 
(Thuiller, 1991). 
Cette tendance se manifeste dans tous les domaines scientifiques. On citera de nouveaux concepts mathématiques tels que les structures chaotiques, les fractales, les attracteurs étranges; ils sont maintenant utilisés en physique, chimie, biologie, astronomie, etc.. 
La chimie et la physique du solide, la science des matériaux n'ont pas échappé à cette tendance; les MNC connaissent un regain d'intérêt depuis les années 60-70. Bien entendu, cet engouement n'est pas seulement culturel : les MNC, souvent plus légers, parfois plus malléables et plus faciles à mettre en forme, presque toujours moins coûteux, remplacent inexorablement les MC, lorsque leurs propriétés s'y prêtent. 
Ce phénomène est particulièrement spectaculaire en aéronautique et dans l'industrie automobile : chaque année, dans un avion, une voiture,  quelques kg de métal (MC) sont remplacés par leur équivalent en volume de composites ou de polymères (MNC).
Un autre exemple est fourni par le bâtiment (Tab. I.1), gros utilisateur de MNC.
 "La science, traditionnellement, est perçue comme une activité qui vise à découvrir l'ordre de la nature. Tâche difficile, puisque cet ordre est souvent dissimulé. Mais tâche dont le but idéal est sans équivoque : tout ce qui est opaque doit devenir transparent, tout ce qui est confus doit être mis en ordre. Sans doute est-ce pour cette raison que le peintre Georges Braque avançait cette formule :" l'art est fait pour troubler. La science rassure". Mais aujourd'hui, les scientifiques s'intéressent au désordre sous toutes ses formes;  et l'idée même d'élaborer une "science du désordre" prend consistance. Faut-il donc admettre que la situation a changé? Comment comprendre et comment évaluer la mutation qui est en train d'engendrer une science d'un genre inhabituel". 
(Thuiller, 1991). 
Cette tendance se manifeste dans tous les domaines scientifiques. On citera de nouveaux concepts mathématiques tels que les structures chaotiques, les fractales, les attracteurs étranges; ils sont maintenant utilisés en physique, chimie, biologie, astronomie, etc.. 
La chimie et la physique du solide, la science des matériaux n'ont pas échappé à cette tendance; les MNC connaissent un regain d'intérêt depuis les années 60-70. Bien entendu, cet engouement n'est pas seulement culturel : les MNC, souvent plus légers, parfois plus malléables et plus faciles à mettre en forme, presque toujours moins coûteux, remplacent inexorablement les MC, lorsque leurs propriétés s'y prêtent. 
Ce phénomène est particulièrement spectaculaire en aéronautique et dans l'industrie automobile : chaque année, dans un avion, une voiture,  quelques kg de métal (MC) sont remplacés par leur équivalent en volume de composites ou de polymères (MNC).
Un autre exemple est fourni par le bâtiment (Tab. I.1), gros utilisateur de MNC.
 

"La science, traditionnellement, est perçue comme une activité qui vise à découvrir l'ordre de la nature. Tâche difficile, puisque cet ordre est souvent dissimulé. Mais tâche dont le but idéal est sans équivoque : tout ce qui est opaque doit devenir transparent, tout ce qui est confus doit être mis en ordre. Sans doute est-ce pour cette raison que le peintre Georges Braque avançait cette formule :" l'art est fait pour troubler. La science rassure". Mais aujourd'hui, les scientifiques s'intéressent au désordre sous toutes ses formes;  et l'idée même d'élaborer une "science du désordre" prend consistance. Faut-il donc admettre que la situation a changé? Comment comprendre et comment évaluer la mutation qui est en train d'engendrer une science d'un genre inhabituel ?





Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : L'art est fait pour troubler, la science rassure

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de L'art est fait pour troubler, la science rassure Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "L'art est fait pour troubler, la science rassure". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce l'art est fait pour troubler.la science rassure - L'art
puce la science rassure t-elle? - Le savoir
puce l'art trouble et la science rassure - L'art
puce la science rassure t-elle? - La vérité
puce «On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison.» HENRI POINCARE (discussion de cette citaion par rapport à la science et à au - Autres sujets..




Citations sur L'art est fait pour troubler, la science rassure :

puce L'art est fait pour troubler. La science rassure. - Georges Braque
puce Un long circuit dans la science théorique est nécessaire pour en comprendre les données. En fait les données sont ici des résultats. - Bachelard
puce On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison. - Henri Poincarré
puce En sommes, l'empirisme commence par l'enregistrement des faits évidents, la science dénonce cette évidence pour découvrir des lois cachées... Il n'y a de science que de ce qui est caché ... Découvrir est la seule manière active de connaître. Corrélativement faire découvrir est la seule méthode d'enseigner. - Bachelard
puce Avoir entendu sans retenir ne fait pas de la science. - Alighieri Dante