S'engager est-ce affirmer ou perdre sa liberté?

S'engager est-ce affirmer ou perdre sa liberté? Sujets / La morale / La liberté /

Un début de problématisation ...

    Commencez par vous demander pourquoi on vous pose la question afin de déterminer le problème du sujet. Dans un sens premier, l’engagement est une mise en gage impliquant une obligation. Remarquez d’ailleurs qu’on dit que s’engager c’est s’obliger. En ce sens, tout engagement suppose que l’on va respecter et suivre ce pour quoi ou ce dans quoi on s’est engagé. Quand je m'engage, j'affirme que je vais tenir ce que je dis ou ce que je fais, que je ne vais pas changer... Vous pouvez ici penser à différentes formes d’engagement : l’engagement politique, la promesse, l’engagement dans l’armée…Ces différents engagements semblent dès lors m’imposer des règles auxquelles je dois me soumettre. En ce sens, on peut donc penser que l’engagement s’oppose à la liberté. Vous pouvez ici lire un roman de Sartre qui s’intitule Les Chemins de la liberté. L’action se situe à la veille des accords de Munich. Alors qu’un des protagonistes est engagé dans le parti communiste, la question pour lui ne se pose pas de la décision à prendre face aux bouleversements que connaît le monde (la volonté hégémonique de l’Allemagne, la guerre d’Espagne…). Son ami n’est engagé dans aucun parti. Il se sent alors libre, mais cette liberté fait qu’il ne sait pas quoi faire. Il dit alors : « J’étais libre, mais qu’est-ce que j’en avais à faire d’être libre, cette liberté je la troquerais bien contre un beau morceau de certitude ». Ainsi, l’engagement et la liberté semblent s’opposer. Mais, si vous reprenez l’exemple que nous venons de citer : qu’est-ce qu’une liberté sans action et toute action ne suppose-t-elle pas un engagement ? Ici, vous pouvez penser de nouveau aux analyses de Sartre ou encore à celles de Merleau-Ponty dans Sens et non-sens lorsqu’il montre qu’exister c’est s’engager. S’engager, c’est risquer ou s’exposer et c’est dans l’action proposer des valeurs. Ici, lisez le petit texte de Sartre l’Existentialisme est un humanisme. Dès lors, c’est la notion d’engagement qui doit être précisée au sens où il n’est pas une soumission aveugle.

Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : S'engager est-ce affirmer ou perdre sa liberté?

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de S'engager est-ce affirmer ou perdre sa liberté? Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "S'engager est-ce affirmer ou perdre sa liberté?". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce S'engager, est-ce renoncer à sa liberté ? - La liberté
puce S'engager est-ce renoncer à sa liberté ? - La liberté
puce S'engager, est-ce renoncer à sa liberté ? - La liberté
puce Peut-on perdre sa liberté - La liberté
puce Peut-on perdre sa liberté? - La liberté




Citations sur S'engager est-ce affirmer ou perdre sa liberté? :

puce La liberté est difficile à conquérir mais facile à perdre. - Vissio Guillaume
puce Perdre l’un de ses parents peut être regardé comme un malheur. Perdre les deux ressemble à de la négligence. - Oscar Wilde
puce De ce que la vie serait en définitive (ce que je crois) une partie qu'il faut toujours perdre, il ne s'ensuit point qu'il ne faille pas la jouer de son mieux et tâcher de la perdre le plus tard possible. - Charles-Augustin Sainte-Beuve
puce On a réclamé la liberté de penser ce qui est un peu plus absurde que si l'on eût réclamé la liberté de la circulation du sang... Ce que les sophistes appelaient la liberté de penser était la liberté de penser tout haut; c'est à dire de publier ses pensées... la liberté de penser n'était donc que la liberté d'agir. - Louis-Ambroise vicomte de Bonald
puce Puisqu’il est nécessaire que chacune des deux consciences de soi, qui s’oppose l’une à l’autre, s’efforce de se manifester et de s’affirmer, devant l’autre et pour l’autre, comme un être-pour-soi absolu, par là même celle qui a préféré la vie à la liberté et qui se révèle impuissante à faire, par elle même et pour assurer son indépendance, abstraction de sa réalité sensible présente, entre ainsi dans le rapport de servitude. (Phénoménologie de l’esprit) - Georg Wilhelm Friedrich Hegel