Le sujet conscient est-il le mieux placé pour savoir ce qu'il est?

Le sujet conscient est-il le mieux placé pour savoir ce qu'il est? Sujets / Le sujet / La conscience /

Un début de problématisation ...

    Le sujet conscient est-il le mieux placé pour savoir ce qu’il est ?

Analyse des termes du sujet :

• Sujet conscient = je (en tant qu’expression de la conscience de la conscience)
• Savoir = connaître
• Ce qu’il est = lui-même

D’où la reformulation : Suis-je le mieux placé pour me connaître moi-même ?

Problématique :

Ce sujet renvoie à la citation attribuée à Socrate : « Connais-toi toi-même. » (En réalité, Socrate aurait lu cette inscription sur le fronton du temple de Delphes.)
Cette devise delphique à présent attribuée à Socrate, n’est pas un encouragement à une connaissance psychologique de soi, elle a pour but de rappeler aux visiteurs du temple qu’ils ne sont que de simples mortels, qu’ils ne sont donc pas des dieux, et qu’ils doivent donc connaître leurs propres limites. Pour Socrate, c’est une recherche de l’universel pour atteindre la sagesse. La connaissance de soi même relève donc d’un art très difficile puisqu’elle nous mène à la sagesse. Pourtant, la perception que nous avons de nous-mêmes en tant que sujet conscient, cette perception du « je » est si transparente, que notre sujet semblerait ne pas avoir de sens. Ce serait sans compter sur le fait que cette immédiateté de la perception de la conscience se fait dans le temps, dans le mouvement, dans le changement. C’est pourquoi nous devons nous demander si par delà la diversité de nos états de conscience, il existe une conscience une. Puis, nous aurons à nous demander si nous sommes les mieux placés pour nous connaître, ou si l’autre, autrui peut nous en apprendre plus sur nous-mêmes. Nous verrons alors comment la définition même de l’altérité résout notre problème tout en en générant un autre.


Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : Le sujet conscient est-il le mieux placé pour savoir ce qu'il est?

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de Le sujet conscient est-il le mieux placé pour savoir ce qu'il est? Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "Le sujet conscient est-il le mieux placé pour savoir ce qu'il est?". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce Suis-je le mieux placé pour savoir qui je suis? - Le soi
puce Peut-on être un sujet conscient et ne pas savoir ce que l'on fait? - La conscience
puce Peut-on être un sujet conscient et ne pas savoir ce que l'on fait? - Autres sujets..
puce sujet: la place du concept de l'Etat danSujet :Quelle place pour l'Etat dans le monde d'aujourd'hui. - L'Etat
puce Suis-je le mieux placé pour me connaître? - La conscience




Citations sur Le sujet conscient est-il le mieux placé pour savoir ce qu'il est? :

puce Pour gagner du bien, le savoir-faire vaut mieux que le savoir. - Pierre Augustin de Beaumarchais
puce La psychanalyse existentielle rejette le postulat de l'inconscient: le fait psychique est, pour elle, coextensif à la conscience. Mais si le projet fondamental est pleinement vécu par le sujet et, comme tel, totalement conscient, cela ne signifie nullement qu'il doive être du même coup connu par lui, tout au contraire. - Jean-Paul Sartre
puce Il est donc essentiel au sujet d'apercevoir l'objet comme plus vieux que lui ... le sujet, pour pouvoir être sujet, doit se retrancher de l'ordre des choses. - Maurice Merleau-Ponty
puce Mieux vaut se taire et passer pour un con que de l'ouvrir et ne laisser aucun doute sur le sujet. - Coluche
puce Mieux vaut fermer sa bouche et se faire passer pour un "con" que l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet. - Coluche