Y a-t-il des vérités morales?

Y a-t-il des vérités morales? Sujets / La morale / La morale /

Un début de problématisation ...

    Analyse des termes du sujet :

Qu'est-ce qu'une vérité morale ?
C'est une vérité qui n'est pas d'ordre scientifique et qui dépasse le cadre de l'expérience. Kant prend soin d’indiquer qu’au-delà reste ouvert le domaine de la pensée. C’est donc cette dernière qui, dépassant l’expérience, doit élaborer la métaphysique, puisqu’elle n’est constituée que d’idées pures. Comment, dès lors, prétendre accéder à des vérités métaphysiques ? Ne risque-t-on pas, en l’absence de tout garde-fou, de dire n’importe quoi (par exemple, en prétendant démontrer l’existence de Dieu) ? Pour y échapper, faut-il renoncer à la métaphysique ?
Que la science soit le seul discours qui puisse nous fournir des vérités, c’est ce qu’affirmait l’idéologie scientiste - dont les chercheurs contemporains se gardent bien. On peut admettre en effet qu’une place soit réservée pour d’autres vérités que les vérités scientifiques : vérités morales, religieuses, ou métaphysiques.
Elles ne peuvent être de simples opinions, injustifiables et susceptibles de refuser toute contradiction. Les vérités de cet ordre sont respectables si elles visent une certaine cohérence, ou sont en accord avec des conduites. Lorsque Kant postule l’existence de Dieu, de l’immortalité de l’âme et de la liberté, c’est précisément pour confirmer la cohérence globale de la morale et du monde, c’est-à-dire en introduisant certaines exigences de la vérité formelle dans une métaphysique privée des critères empiriques de la vérité.
Qu’il s’agisse donc des vérités auxquelles la science nous donne accès ou de celles dont le domaine est extra-scientifique, c’est toujours vers des propositions valorisées positivement que l’esprit se dirige. La recherche des vérités concerne la dignité de la pensée, et c’est en ce sens qu’elle peut constituer un devoir. A ce dernier comme à n’importe quel autre, il est possible de désobéir (c’est ce que fait Nietzsche en choisissant la vie, s’il le faut, contre la vérité) - mais ce doit être alors en toute conscience de choisir une valeur autre, et non par le fait de l’ignorance pure et simple.

•Le sens du problème

Le problème est de savoir s'il y a une place pour des vérités morales dans une société qui pense que la science et la technique peuvent tout nous apporter. La vérité morale est une pensée rationnelle mais non scientifique. Elle se présente comme une intégration critique de la science et de la pratique. Son objet est, soit le tout (conception antique), soit l'homme (conception plus actuelle).
Remarque : il faut bien voir que le problème n'est pas de savoir si la vérité morale a sa place dans une société où l'on critique la science et la technique (parler de la philosophie comme critique des sciences et techniques est hors sujet) mais de savoir si la vérité morale a sa place là où la science et la technique sont considérés comme synonymes de seules formes de vérité.


Présupposé de la question

On présuppose l'existence d'une société qui accorde toute sa confiance à la vérité scientifique technique. Ce n'est pourtant pas la seule forme de vérité.


Réponse spontanée

Elle est négative. On a tendance à penser spontanément que si la science peut connaître à coup sûr et la technique réussir efficacement, les vérités morales n'ont plus leur place. Tout le problème est de savoir s'il ne s'agit pas là d'une idée reçue.


Introduction :

Autrefois la vérité morale et la vérité scientifique étaient confondues. L'avènement des sciences et en particulier des sciences expérimentales s'est accompagné d'une modification de la conception de la vérité au détriment de la vérité morale. Est venue alors, au XIX° siècle l'idée que, progressivement les vérités morales pourraient être supplantées par des vérités scientifiques plus certaines et aux retombées techniques propices, semble-t-il, à donner un bien être matériel. Faut-il en conclure que dans une société où la science serait achevée et les techniques accomplies les vérités morales disparaîtraient ? C'est l'opportunité même de la démarche philosophique qui est en cause car si elle n'a de sens que là où la science ne connaît pas encore et là où la technique n'est pas encore performante, il est clair qu'elle n'a guère de valeur tant au plan théorique qu'au plan pratique. De prime abord il semble bien que les vérités morales n'ont plus sa place dans une société scientifique et technicienne. Pourtant la science peut-elle rendre compte de tout et la technique nous apporter le bonheur ? Si tel n'était pas le cas la vérité morale aurait sa place à côté des sciences et des techniques. Enfin derrière toute science et toute philosophie n'y a-t-il pas des vérités morales incontournables, auquel cas ce n'est pas à côté mais dans le processus scientifique et technique lui-même qu'elles auraient leur place ?



Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : Y a-t-il des vérités morales?

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de Y a-t-il des vérités morales? Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "Y a-t-il des vérités morales?". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce Y a-t-il des vérités morales? - La morale
puce Peut-on s'accorder sur des vérités morales ? - La morale
puce Existe-t-il des vérités morales absolues ? - La vérité
puce Y-a-t-il une morale sans lois morales ? - La morale
puce Les valeurs morales sont - elles relatives ? - La morale




Citations sur Y a-t-il des vérités morales? :

puce Les seules vérités qui vaillent sont des vérités lentes. - Erik Orsenna
puce La guerre est une lutte qui consiste à  sonder les forces morales et physiques au moyen de ces dernières. - Karl von Clausewitz
puce J'appelle caractère d'un homme sa manière habituelle d'aller à  la chasse au bonheur, en termes plus clairs, mais moins significatifs : l'ensemble de ses habitudes morales. - (Henri Beyle) Stendhal
puce Le bonheur est une chose si rare en ce monde que l'homme n'a pas inventé de paroles pour le rendre, tandis que le vocabulaire des souffrances morales et physiques remplit d'innombrables colonnes dans le dictionnaire de toutes les langues. - Théophile Gautier
puce Il n'y a pas de vérités moyennes. - Georges Bernanos