Intuitif / Discursif - Fiche repère de philosophie

Intuitif / Discursif

 

D’après le dictionnaire Trésor de la langue française informatisé (TLFI)

 

             Est intuitif ce qui est objet d’intuition, participe à l’intuition ou s’accompagne d’intuition. L’intuition est une connaissance directe et immédiate qui se présente à pensée avec la clarté d’une évidence, qui servira de principe et de fondement au raisonnement discursif. Est discursif ce qui procède selon le discours logique, ce qui ressortit au raisonnement.

           

Sens philosophique

 

             La connaissance intuitive est immédiate, elle est une vision (le mot « intuition » vient du latin intueor qui signifie « voir ») par laquelle l’esprit se rend présent directement un objet. Au contraire, la connaissance discursive est médiate ; elle requiert la médiation d’un processus logique, d’un raisonnement par concepts, d’une déduction ; elle est le terme d’une série d’opérations exécutées selon un ordre et en suivant une certaine méthode. On distingue généralement l’intuition sensible et l’intuition intellectuelle. La première désigne la saisie de ce qui est donné (immédiatement) dans la sensation. La seconde désigne la connaissance (immédiate) de certaines vérités de la raison. Pour Kant, l’intuition sensible est réceptive, passive, elle reçoit son objet, tandis que l’intuition intellectuelle (propre à Dieu) est créatrice de son objet. Une autre caractéristique de l’intuition est qu’elle présente les choses dans leur singularité, dans leur réalité individuelle tandis que la connaissance discursive est une connaissance du général. Enfin, et comme le laissait entrevoir la définition donné ci-dessus, l’intuition, en précisant qu’elle porte non seulement sur les choses mais aussi sur leurs rapports, peut servir de fondement à la connaissance discursive.

           

Développement d’un exemple

 

            Descartes dans ses Règles pour la direction de l’esprit affirme que la connaissance a deux sources : l’intuition (qui se caractérise par son évidence) et la déduction (qui se caractérise par sa nécessité). Descartes confère néanmoins une priorité à l’intuition en raison même de sa plus grande évidence aux yeux du sujet connaissant. Il peut être nécessaire ici de donner un exemple d’intuition intellectuelle : le cogito de Descartes est une telle intuition dans la mesure où le « passage » du « je pense » au « je suis » ne résulte pas d’une déduction logique, mais se présente dans une évidence immédiate.

                       

Pour aller plus loin

 

             On a vu que la connaissance intuitive donnait un fondement à la connaissance discursive et qu’en ce sens ces deux modalités étaient complémentaires plutôt qu’opposées. On peut cependant désirer accentuer leur incommensurabilité. C’est ce que fait Bergson. Pour lui, la connaissance discursive nous fait seulement connaître les choses du dehors tandis que l’intuition nous les révèle en eux-mêmes, nous transporte en eux, nous fait coïncider avec eux. L’intuition est une sympathie intellectuelle.