Peut-on à la fois valoriser l'opinion et la combattre dans le travail de la pensée?

Peut-on à la fois valoriser l'opinion et la combattre dans le travail de la pensée? Sujets / La raison et le réel / Le savoir /

Un début de problématisation ...

    Dans ce qu'il est convenu d'appeler les « dialogues socratiques », c'est-à-dire les dialogues où Platon met en scène Socrate dialoguant avec les Athéniens, on remarque que ce qui en fait la trame constante est la discussion presque sans fin, souvent aporétique (c'est-à-dire sans issue), dans laquelle Socrate s'engage avec ses interlocuteurs au sujet de telle ou telle notion. Dans l'Alcibiade il s'agit de savoir ce qu'est la beauté, comme d'ailleurs dans le Banquet on discutera de l'amour. Ce qui frappe dans ces « dialogues socratiques », mais tout autant en dehors de la lecture de ces oeuvres magistrales, c'est-à-dire sur la place du marché, comme dans la cour du Lycée, c'est que non seulement les hommes s'y entretiennent des choses de la vie, mais qu'ils le font souvent avec la conviction qu'ils mettent quelque chose d'eux-mêmes dans leur propos. Or, que font-ils sur la place du marché, comme Socrate à Athènes, ou dans la cour du Lycée, sinon qu'ils échangent des opinions ? Les opinions ne sont pas seulement des propos en l'air, qui s'envolent comme les statues de Dédale ; il ne s'agit pas seulement de parler du temps ou de chiffons, voire de tel ou tel incident de la vie. En public, avec nos amis et nos concitoyens, le langage (et la parole qui en est l'expression) ancre notre humanité dans la Cité : l'homme est un animal politique, dont la vie politique elle-même est échafaudée sur l'échange des représentations et leur formation au moyen du langage. Pour le meilleur et pour le pire, les hommes parlent et se parlent. Ce qu'ils disent a trait au meilleur et au pire, au juste et à l'injuste, et pas seulement, comme les animaux, à l'agréable et au désagréable ; ce que nous sommes convenus d'appeler des « manières de voir », s'adosse à des valeurs : la société s'organise ainsi dans le bruissement des opinions, et on comprend vite que ce bruissement puisse tourner à la cacophonie, dans la mesure où la société s 'édifie dans la rencontre des opinions et des représentations que la société se fait d'elle-même, et dans la mesure où, si toute société se construit dans le cadre de la liberté, elle exige en même temps de suivre un certain ordre. L'équilibre est fragile et l'on a vu que la « passion pour la vérité » pouvait donner lieu à d'irrépressibles terreurs, par exemple aux pires moment de la Révolution française, en 1793.

Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : Peut-on à la fois valoriser l'opinion et la combattre dans le travail de la pensée?

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de Peut-on à la fois valoriser l'opinion et la combattre dans le travail de la pensée? Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "Peut-on à la fois valoriser l'opinion et la combattre dans le travail de la pensée?". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce Peut-on valoriser l'opinion ? - La vérité
puce Peut on à la fois défendre la liberté de penser tout en disqualifiant l'opinion? - La justice et le droit
puce faut-il combattre l'opinion, - Le savoir
puce peut on defendre la liberte de pensee et critiquer l'opinion - La vérité
puce La pensée libre peut-elle résister à l'opinion dominante ? - La vérité




Citations sur Peut-on à la fois valoriser l'opinion et la combattre dans le travail de la pensée? :

puce Peut-être découvrirons-nous un jour que la même logique est à l'oeuvre dans la pensée mythique et dans la pensée scientifique, et que l'homme a toujours pensé aussi bien. - Lévy-Strauss
puce Une fois qu'on a donné son opinion, il serait logique qu'on ne l'ait plus. (Le mot du silencieux) - Albert Brie
puce L'Angleterre peut se trouver dans des circonstances telles qu'il lui faille pour fabriquer le drap, le travail de cent hommes par an, tandis que, si elle voulait faire du vin, il lui faudrait peut être le travail de cent vingt hommes par an. Il serait alors de l'intérêt de l'Angleterre d'importer le vin et d'exporter en échange du drap. - Ricardo
puce La déprime, pour un homme, c'est quand il ne peut pas la seconde fois pour la première fois. La déroute, c'est quand il ne peut pas la première fois pour la seconde fois. - Jacques Séguéla
puce Tel est l'effet fondamental de l'enquête d'opinion : constituer l'idée qu'il existe une opinion publique unanime, donc légitimer une politique. - Pierre Bourdieu