Peut-on faire plus que son devoir ?

Peut-on faire plus que son devoir ? Sujets / La morale / Le devoir /

Un début de problématisation ...

    Peut-on… ?

Rappel :
Le sujet invite le candidat à s’interroger sur la possibilité mais aussi sur la légitimité de faire ou ne pas faire telle ou telle chose.
La dissertation doit toujours être la démonstration construite de l’idée directrice qui a été dégagée à partir du sujet.

Ce qu’il ne faut surtout pas faire :
1. Il ne faut pas surtout pas affirmer dans un premier temps « oui, on peut… », puis dans un second temps « non, on ne peut pas… », et éventuellement dans un troisième temps « on peut peut-être… ».
2. Il ne faut pas vous contredire au cours de votre développement.
La dissertation ne doit jamais être construite sur le mode d’un plan :
« oui-non-peut-être».

Ce qu’il faut faire :
1. Il faut que vous interroger sur la capacité, c'est-à-dire la faculté de faire ou de ne pas faire quelque chose. Il faut vous poser la question : « A-t-on la possibilité de… ? »
2. Il faut que vous interroger sur la légitimité de faire ou de ne pas faire quelque chose. Il faut vous poser la question « A-t-on le droit de… ? »
3. Il faut se défier de l’exigence subjective. Pour répondre à l’exigence de vérité, il faut penser quelque chose qui vaille pour tout autre qui accepte de penser aussi selon cette exigence.
4. Il faut faire appel au plan dialectique.
DEVOIR (v. et n. m.) ÉTYM.: latin debere, du préfixe de et de habere, "tenir quelque chose de quelqu'un, lui en être redevable"; par extension: "être obligé". (VERBE) SENS ORDINAIRES: 1. La probabilité (ex.: "Il doit pleuvoir"). 2. La nécessité (ex.: "Cela devait arriver"). 3. L'obligation sociale ou morale (ex.: "Tu dois rembourser tes dettes."). (SUBST.) SENS LARGE: règle d'action particulière, obligation définie et souvent propre à une fonction (ex.: "le devoir de réserve du fonctionnaire"). SENS STRICT: le devoir est l'obligation morale considérée en elle-même; se dit surtout de l'impératif catégorique kantien. -Devoir et contrainte La notion de devoir évoque l'idée de contrainte et, par suite, presque logiquement pourrait-on croire, le renoncement à la liberté*. Un tel glissement ne repose pourtant que sur une suite de confusions qu'il est assez facile de dissiper. Le devoir se distingue tout d'abord, contrairement à ce que suggère l'usage courant, de la nécessité* qui s' impose à tous et ne laisse aucune alternative: ainsi l'on doit manger pour vivre, qu'on le veuille ou non. L'obligation, au contraire, implique la volonté* et la liberté de choix (ex.: "Je dois dire la vérité", implique que j'envisage de ne pas le faire). Le devoir tend donc à se confondre avec l'obligation; encore faut-il préciser que toute obligation n'est pas un devoir: les devoirs liés à une fonction ou même à un engagement ne sont pas encore le devoir moral. Car le véritable devoir est à la fois distinct de tout mobile sensible (faire mon devoir ne me rapporte rien) et indépendant de tout contexte ou condition particuliers. Il se présente sous la forme de ce que Kant* nomme l'impératif* catégorique, qu'il oppose aux impératifs hypothétiques, règles d'habileté ou conseils de prudence (ex.: "J'éviterais de mentir...dans la mesure du possible."). L'impératif catégorique tient dans la formule suivante: "Agis uniquement d'après la maxime qui fait que tu peux vouloir en même temps qu'elle devienne une loi universelle" (_Fondement pour la métaphysique des moeurs_). En d'autres termes, le devoir n'est que l'intention et la volonté de bien faire, exigence purement désintéressée, simplement motivée par le respect de la loi* et, plus précisément, du caractère universel de celle-ci. -Les conflits de devoir La réflexion kantienne sur les fondements de la moralité, aussi éclairante et rigoureuse soit-elle, permet-elle pour autant de lever toutes les difficultés et de résoudre tous les conflits et embarras de notre vie morale quotidienne? Il est permis d'en douter. Aujourd'hui, par exemple, les choix auxquels se trouvent parfois confrontés médecins et savants, compte tenu des développements récents de la recherche biomédicale, posent des problèmes qu'on peut difficilement résoudre a priori, en appliquant mécaniquement des principes incontestables. Une approche utilitariste* l'emportera parfois sur une position de principe: toutes les personnes* doivent être tenues pour des fins en soi; néanmoins, en cas de choix forcé greffe d'organe par exemple- le médecin sera tenté de donner la priorité à un malade jeune et vigoureux... On le voit, ni les conflits de devoir, ni les interprétations fallacieuses ou perverses de la loi, ne peuvent être écartés une fois pour toutes. Bien au contraire: les progrès de la science et des techniques nous mettent chaque jour en face de nouvelles responsabilités* et de nouveaux devoirs plus souvent incompatibles que conciliables. (Cf. Hans Jonas.) TERMES VOISINS: contrainte; impératif; nécessité; obligation. CORRÉLATS: bioéthique; conscience; morale; religion; sagesse; vertu. KANT et Le devoir, la loi morale La seule action moralement bonne l'est dans sa forme*, non dans sa matière*. C'est celle qui procède d'une intention pure, c'est-à-dire qui est accomplie par devoir*. Il faut bien distinguer ici l'action simplement conforme au devoir (le commerçant peut être honnête par intérêt) et celle accomplie par devoir, sans aucune considération pour l'intérêt qu'on en espère ou la satisfaction qu'on en tire. L'action morale procède donc d'une loi morale qui s'exprime sous la forme d'un devoir ("Tu dois") et qui est une loi universelle de la raison pratique (qui agit en se représentant ce qui doit être). Mais comme nous sommes des êtres sensibles, la loi morale se manifeste sous la forme d'un commandement, d'un impératif. L'impératif catégorique fondamental commande d'agir de telle sorte que la maxime de notre action puisse être érigée en règle universelle. Tel est le fondement nécessaire de toute moralité rationnelle, mais aussi de toute politique, laquelle doit être soumise à l'exigence morale, loin de se réduire à une technique de pouvoir.
TEXTE de Kant à lire
« Devoir ! Nom sublime et grand, toi qui ne renfermes en toi rien d'agréable, rien qui implique insinuation, mais qui réclames la soumission, qui cependant ne menaces de rien de ce qui éveille dans l'âme aversion naturelle et épouvante, pour mettre en mouvement la volonté, mais poses simplement une loi qui trouve d'elle même accès dans l'âme et qui cependant gagne elle-même, malgré nous, la vénération (sinon toujours l'obéissance), devant laquelle se taisent tous les penchants, quoiqu'ils agissent contre elle en secret ; quelle origine est digne de toi, et où se trouve la racine de ta noble tige, qui repousse fièrement toute parenté avec les penchants, racine dont il faut faire dériver, comme de son origine, la condition indispensable de la seule valeur que les hommes peuvent se donner à eux-mêmes ? » Emmanuel Kant, Critique de la raison pratique.



Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : Peut-on faire plus que son devoir ?

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de Peut-on faire plus que son devoir ? Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "Peut-on faire plus que son devoir ?". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce Peut-on ne pas faire son devoir au nom de la religion - La religion
puce peut-on faire du travail un devoir? - Le travail
puce Faire son devoir est-ce un choix - Le devoir
puce POURQUOI FAIRE SON DEVOIR - Le devoir
puce suffit-il de faire son devoir - Le devoir




Citations sur Peut-on faire plus que son devoir ? :

puce Comment peut-on apprendre à  se connaître soi-même ? Par la méditation, jamais, mais bien par l'action. Essaie de faire ton devoir et tu sauras tout de suite ce que tu vaux. Mais qu'est-ce que ton devoir ? Ce qu'exige l'heure présente. - Johann Wolfgang Von Goethe
puce Le devoir est facile à  connaître, c'est ce que l'on désire le moins faire. - Anonyme
puce Nul ne possède d'autre droit que celui de toujours faire son devoir. - Auguste Comte
puce Faire son devoir tous les jours, et se fier à  Dieu pour le lendemain. - Charles Baudelaire
puce Pour ceux qui ont l'austérité trop facile, le devoir peut être dans le plaisir. - Jean Rostand