SOMMES NOUS LES ESCLAVES DE NOS DESIRS

SOMMES NOUS LES ESCLAVES DE NOS DESIRS Sujets / Le sujet / Le désir /

Un début de problématisation ...

    Nous faisons maintes expériences du désir. Soit il devance notre conscience ou notre volonté : nous lui cédons ou parvenons à le neutraliser ; soit nous le portons jusqu’à son but, dans la joie, avec un sentiment d’achèvement, comme dans l’amour. Dans tous les cas, le désir, contrairement à nos volontés, ne semble pas émaner de notre nature raisonnable et réflexive. Il est donc vécu soit comme un élan qui nous aliène ou une force qui nous expulse hors de nous, soit comme une puissance mystérieuse par laquelle pourtant nous nous réalisons.
Pour être heureux, il est donc nécessaire, si l’on en croit Epicure, de pratiquer l’éthique, qui est rapport réflexif au désir, analyse destinée à la maîtrise de soi, dans un but de liberté et de bonheur. Mais quel est le statut du désir ? Est-il le moyen du bonheur ou de la liberté, ou bien leur obstacle ? Quel rapport devons-nous avoir au désir si notre désir est d’être heureux ou libre ? Car il est bien clair que le désir est ambivalent : sa réalisation et sa satisfaction sont tantôt ce qui fait notre joie, tantôt notre désarroi. Mais à l’inverse, le malheur et la servitude sont-ils dus à ce que le désir ne parvient jamais à se réaliser comme il devrait l’être, empêché par une multitude de jugements erronés et de situations sociales qui en perturbent l’accomplissement ? Ou peut-on au contraire penser que c’est le désir lui-même qui rend tout bonheur ou toute liberté inaccessibles ? Dans ces questions, c’est notre le sens de notre situation à l’égard de nos désirs qui est questionné : sommes-nous libres à l’égard de nos désirs, ou bien en sommes-nous esclaves ?
Il n’en reste pas moins que si le désir est une donnée de nature - si tout homme désire -, il semble contradictoire de pouvoir se libérer du désir (ce que nous envisagerions à supposé que nous en soyons esclaves), ce qui serait se libérer de notre nature ; tout comme paraît impossible de libérer le désir, à savoir le laisser se déployer librement (si nous n’en sommes pas esclaves), si ce sont bien les contextes socio-politiques, notre « seconde nature » ou mieux : notre nature sociale, qui lui font obstacle.


Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : SOMMES NOUS LES ESCLAVES DE NOS DESIRS

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de SOMMES NOUS LES ESCLAVES DE NOS DESIRS Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "SOMMES NOUS LES ESCLAVES DE NOS DESIRS". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce sommes nous esclaves de nos desirs? - Le désir
puce SOMMES NOUS LES ESCLAVES DE NOS DESIRS - Le désir
puce sommes nous esclaves de nos préjugés ? - La vérité
puce Sommes-nous maîtres de nos désirs - Le désir
puce Sommes-nous responsables de nos désirs ? - Le désir




Citations sur SOMMES NOUS LES ESCLAVES DE NOS DESIRS :

puce Nous sommes esclaves des lois pour pouvoir être libres. - Marcus Tullius Ciceron
puce Nous sommes responsables de ce que nous sommes et nous avons le pouvoir de faire nous-mêmes tout ce que nous désirons être. - Swami Vivekanananda
puce La liberté d'être ce que nous sommes ne nous suffit pas ; nous voulons encore celle d'être ce que nous ne sommes pas. - Jean Grenier
puce La volonté, dont le rôle habituel est de s'opposer aux désirs, est en réalité au service du désir: elle est un effort sélectif des désirs pour retrouver par delà la multitude des désirs, l'unité du désir d'infini. - J. Lacroix
puce En donnant la liberté aux esclaves, nous assurons celle des hommes libres. - Abraham Lincoln