Peut-on tolérer l'intolérable ?

Peut-on tolérer l'intolérable ? Sujets / La morale / La morale /

Un début de problématisation ...

    Dans ce qu'il est convenu d'appeler les « dialogues socratiques », c'est-à-dire les dialogues où Platon met en scène Socrate dialoguant avec les Athéniens, on remarque que ce qui en fait la trame constante est la discussion presque sans fin, souvent aporétique (c'est-à-dire sans issue), dans laquelle Socrate s'engage avec ses interlocuteurs au sujet de telle ou telle notion. Dans l'Alcibiade il s'agit de savoir ce qu'est la beauté, comme d'ailleurs dans le Banquet on discutera de l'amour. Ce qui frappe dans ces « dialogues socratiques », mais tout autant en dehors de la lecture de ces oeuvres magistrales, c'est-à-dire sur la place du marché, comme dans la cour du Lycée, c'est que non seulement les hommes s'y entretiennent des choses de la vie, mais qu'ils le font souvent avec la conviction qu'ils mettent quelque chose d'eux-mêmes dans leur propos. Or, que font-ils sur la place du marché, comme Socrate à Athènes, ou dans la cour du Lycée, sinon qu'ils échangent des opinions ? Les opinions ne sont pas seulement des propos en l'air, qui s'envolent comme les statues de Dédale ; il ne s'agit pas seulement de parler du temps ou de chiffons, voire de tel ou tel incident de la vie. En public, avec nos amis et nos concitoyens, le langage (et la parole qui en est l'expression) ancre notre humanité dans la Cité : l'homme est un animal politique, dont la vie politique elle-même est échafaudée sur l'échange des représentations et leur formation au moyen du langage. Pour le meilleur et pour le pire, les hommes parlent et se parlent. Ce qu'ils disent a trait au meilleur et au pire, au juste et à l'injuste, et pas seulement, comme les animaux, à l'agréable et au désagréable ; ce que nous sommes convenus d'appeler des « manières de voir », s'adosse à des valeurs : la société s'organise ainsi dans le bruissement des opinions, et on comprend vite que ce bruissement puisse tourner à la cacophonie, dans la mesure où la société s 'édifie dans la rencontre des opinions et des représentations que la société se fait d'elle-même, et dans la mesure où, si toute société se construit dans le cadre de la liberté, elle exige en même temps de suivre un certain ordre. L'équilibre est fragile et l'on a vu que la « passion pour la vérité » pouvait donner lieu à d'irrépressibles terreurs, par exemple aux pires moment de la Révolution française, en 1793.

Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : Peut-on tolérer l'intolérable ?

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de Peut-on tolérer l'intolérable ? Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "Peut-on tolérer l'intolérable ?". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce Peut-on être tolérant et admettre qu'il y a de l'intolérable ? - La société
puce Peut-on tolérer toutes les opinions ? - Le savoir
puce Qu'est ce qui est intolérable? - La morale
puce Que faire face à l'intolérable? - La justice et le droit
puce Reconnaître qu'il y a de l'intolérable, est-ce cesser d'être tolérant? - La morale




Citations sur Peut-on tolérer l'intolérable ? :

puce L'homme supérieur serait celui qui aurait la plus grande multiplicité d'instincts, aussi intenses qu'on les peut tolérer. En effet, ou la plante humaine se montre vigoureuse, on trouve les instincts puissamment en lutte les uns contre les autres, mais dominés. - Friedrich Wilhelm Nietzsche
puce S'il fallait tolérer aux autres tout ce qu'on se permet à soi-même, la vie ne serait plus tenable. - Georges Courteline
puce L'amour donne le vertige, mais son vertige, si intolérable qu'il soit, est un délice infini. - Hubert Aquin
puce La vérité, il faut bien le dire, est intolérable, l'homme n'est pas fait pour la soutenir ; aussi l'évite-t-il comme la peste. - Qu'est-ce que la vérité ? Ce qui n'aide pas à  vivre. - Emil Michel Cioran
puce La vertu est infiniment plus dangereuse que le vice. On ne peut la dénoncer, on ne peut que la punir. - Andrée Maillet