Citations de Maurice Merleau-Ponty

Citations de Maurice Merleau-Ponty Citations / Maurice Merleau-Ponty

Utiliser le moteur de recherche de citations ?

puce On ne peut être juste tout seul, à  l'être tout seul on cesse de l'être.
puce Le langage est pour la pensée à la fois principe d'esclavage puisqu'il s'interpose entre les choses et elle, et principe de liberté puisqu'on se débarasse d'un privilège en lui donnant son nom.
puce Il y a … un objet culturel qui va jouer un rôle essentiel dans la perception d’autrui: c’est le langage. Dans l’expérience du dialogue, il se constitue entre autrui et moi un terrain commun…
puce Si le corps exprime à chaque moment les modalités de l'existence ... ce n'est pas comme les galons signifient le grade ... : le signe ici n'indique pas seulement sa signification, il est habité par elle, il est d'une certaine manière ce qu'il signifie.
puce La structure métaphysique de mon corps, à la fois objet pour autrui et sujet pour moi.
puce Mon corps n'est pas seulement un objet parmi les objets ... il est un objet sensible parmi les autres qui résonne pour les sons, vibre pour toutes les couleurs...
puce Il est impossible de superposer chez l'homme une première couche de comportements que l'on appellerait "naturels" (= ce qui relève du biologique, ce qui est inné) et un monde culturel ou spirituel fabriqué. Tout est fabriqué et tout est naturel chez l'homme, comme on voudra dire, en ce sens il n'est pas un mot, pas une conduite qui ne doive quelque chose à l'être simplement biologique -et qui en même temps ne se dérobe à la simplicité de la vie animale, ne détourne de leur sens les conduites vitales, par une sorte d'échappement et par un génie de l'équivoque qui pourraient servir à définir l'homme.
puce Dans une politique marxiste l'histoire est un système qui va, par bonds et crises, vers le pouvoir du prolétariat et la croissance du prolétariat mondial, norme de l'histoire, appelle dans chaque domaine des solutions déterminées, tout changement partiel devant retentir sur l'ensemble.
puce Si la parole présupposait la pensée, si parler c’était d’abord se joindre à l’objet par une intention de connaissance ou par une représentation, on ne comprendrait pas pourquoi la pensée tend vers l’expression comme vers son achèvement … Pourquoi le sujet pensant lui même est dans une sorte d’ignorance de ses pensées tant qu’il ne les a pas formulées… comme le montre l’exemple de tant d’écrivains qui commencent un livre sans savoir au juste ce qu’ils y mettront.
puce L’objectivation de chacun par le regard de l’autre n’est ressentie comme pénible que parce qu’elle prend la place d’une communication possible.
puce La parole chez celui qui parle ne traduit pas une pensée déjà faite, mais l’accomplit.
puce Ma fatigue m'arrête parce que je ne l'aime pas, que j'ai autrement choisi ma manière d'être au monde, et que, par exemple, je ne cherche pas à être dans la nature, mais plutôt à me faire reconnaître par les autres.
puce Tout est fabriqué et tout est naturel chez l'homme, comme on voudra dire, en ce sens qu'il n'est pas un mot pas une conduite qui ne doive quelque chose à l'être simplement biologique - et qui en même temps ne se dérobe à la simplicité de la vie animale, ne détourne de leur sens les conduites vitales, par une sorte d'échappement et par un génie de l'équivoque qui pourrait servir à définir l'homme.
puce Ce qui définit l'homme n'est pas la capacité de créer une seconde nature, - économique, sociale, culturelle -, au-delà de la nature biologique, c'est plutôt celle de dépasser les structures créées pour en créer d'autres.
puce Il est donc essentiel au sujet d'apercevoir l'objet comme plus vieux que lui ... le sujet, pour pouvoir être sujet, doit se retrancher de l'ordre des choses.
puce Le rapport du sujet et de l'objet n'est plus ce rapport de connaissance dont parlait l'idéalisme classique et dans lequel l'objet apparaît toujours comme construit par le sujet, mais un rapport d'être selon lequel paradoxalement le sujet est son corps, son monde et sa situation et, en quelque sorte, s'échange.
puce Notre siècle a effacé la ligne de partage du "corps" et de l'"esprit" et voit la vie humaine comme spirituelle et corporelle de part en part, toujours appuyée au corps, toujours intéressée, jusque dans ses modes les plus charnels, au rapport des personne.
puce Le passage du présent à un autre présent, je ne le pense pas, je n'en suis pas le spectateur, je l'effectue, je suis déjà au présent qui va venir comme mon geste est déjà à son but, je suis moi même le temps, un temps qui "demeure" et ne "s'écoule" ni ne "change" comme Kant l'a dit dans quelques textes.
puce L'éternité n'est pas un autre ordre au-delà du temps, c'est l'atmosphère du temps.
puce Je suis moi-même le temps.
puce La religion fait partie de la culture, non comme dogme, ni même comme croyance, comme cri.