Y a-t-il un droit au bonheur ?

Y a-t-il un droit au bonheur ? Sujets / La morale / Le bonheur /

Un début de problématisation ...

    Sujet : Y-a t-il un droit au bonheur?
 
Problématisation:
 
Il faut vous interroger sur l'idée de bonheur afin de situer la difficulté qu'il y a à lui attribuer une forme juridique. Nous souhaitons être heureux et on peut même penser que le bonheur est la fin, le but de la vie humaine. Revendiquant ainsi le bonheur nous tendons parfois à le revendiquer comme un droit. Vous pouvez partir ici d’une analyse de la notion de bonheur. En général, nous identifions le bonheur à ce qui nous manque. Pauvres, nous voulons la richesse, malade, la santé, laids, la beauté. Or, comment établir un droit au bonheur alors que le bonheur lui-même est différent d'un individu à un autre ? Si la revendication d'un droit à être heureux semble légitime, comment fournir aux hommes les moyens de parvenir au bonheur ? En effet, réfléchir au bonheur, n’est-ce pas constater que ne lui correspond aucun principe universellement valable ? En effet, comme le montre Kant dans les Fondements de la métaphysique des mœurs, le bonheur n’est pas un véritable concept, mais un « idéal de l’imagination ». Chacun a une représentation différente du bonheur et quand nous l’imaginons nous ne nous demandons d’ailleurs pas si les différents désirs qui le constituent sont compatibles ou non. Ainsi, cette absence d’universalité semble alors interdire la saisie d’un principe qui prétendrait en définir les voies d’accès. Vous pouvez montrer en quoi le bonheur dépend de deux choses : d’une part des circonstances, de l’autre de l’idée que s’en fait chacun. Il semble donc ainsi très difficile de légiférer. Vous pouvez même remarquer que les Etats qui en général promettent le bonheur aux hommes sont les Etats totalitaires. N’y a-t-il pas alors un danger de parler d’un droit au bonheur ? Mais alors, faut-il considérer que le bonheur ne peut pas faire l’objet d’une revendication ? En d’autres termes, le droit n’a-t-il rien à voir avec le bonheur ? Vous pouvez alors peut-être montrer la différence entre une législation qui définirait le bonheur et ses voies d’accès et des conditions sociales et juridiques qui rendent le bonheur possible. N'est-ce pas seulement les conditions du bonheur que la société peut espérer réaliser ?

Analyse du sujet :

Y-a t-il un droit au bonheur ? - Cette question a la forme d'une interrogation totale, autrement dit, elle appelle une réponse soit affirmative, soit négative : oui il y a un droit au bonheur ; non il n'y a pas un droit au bonheur. Avant d'apporter une réponse nuancée à cette question, attardons-nous sur les notions qui la composent : « droit », « bonheur ».


Droit :

On peut dégager deux acceptions du droit : 1° Un droit est ce qui est conforme à une règle précise et que par conséquent il est légitime d'exiger. Le langage courant dit : avoir droit à, avoir droit sur. Dans cette perspective, le droit est à la fois exigible conformément aux lois ou les règles mais aussi exigible parce que cela est conforme à l'opinion morale en matière morale. 2° Un droit dans un sens plus large est ce qui est permis. On dit « avoir le droit de » au sens de tout ce qui n'est pas défendu est permis ; outre cela « avoir le droit à » revient à dire ce qui est permis moralement.

Bonheur :

De bon et heur (terme dérivé du latin augurium, présage, chance). État de complète satisfaction de tous les penchants humains. • Le bonheur se distingue du plaisir et de la joie, qui sont des émotions éphémères et toujours liées à un objet particulier. • Dans les morales eudémonistes, le bonheur est la fin de l'action humaine. Pour Kant, en revanche, c'est le respect de la loi morale qui doit orienter la volonté, et non la recherche du bonheur. Car cette recherche est toujours déjà intéressée, égoïste donc contraire à la morale.

Problématisation :

Peut-on revendiquer un droit au bonheur ? On est à ce point persuadé d'avoir le droit au bonheur qu'on n'interroge même pas la légitimité de cette expression. En effet il suffit de poser à tout un chacun cette question : un consensus immédiat s'offre au questionneur : biensûr ! Cependant rien n'est moins sûr. Quid de la légitimité d'un droit au bonheur ? Si le droit renvoie à la sphère légal, et en cela à qqch d'universel, ne va-t-il pas contre ce que subsume l'idée même de bonheur : une maximisation des plaisirs personnels qui peuvent varier d'un individu à un autre, d'une époque à une autre. En effet le bonheur d'un individu « x » ne recoupe pas forcément le bonheur d'un individu « y ». Faut-il pour autant renoncer à toute idée de droit au bonheur ? Non si par droit au bonheur on pense moins droit au bonheur que droit aux conditions de déploiement du bonheur.

Plan :

I/ Droit et bonheur : deux notions de prime abord antithétiques ?
II/ En outre les sociétés qui proposent un droit au bonheur ne font plus la distinction entre sphère privée et sphère publique. Qu'en est-il du rapport entre droit au bonheur et société totalitaire ?
III/ Moins qu'un droit au bonheur, ce qui peut légitimement être revendiquer, ce sont les conditions de déploiement du bonheur.

Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : Y a-t-il un droit au bonheur ?

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de Y a-t-il un droit au bonheur ? Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "Y a-t-il un droit au bonheur ?". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce Le bonheur est-il un droit ? - Le bonheur
puce Le bonheur est-il un droit ? - La justice et le droit
puce droit au bonheur a t-il un sens - Le bonheur
puce peut-on revendiquer le droit au bonheur? - Le bonheur
puce peut on revendiquer le droit au bonheur? - La société




Citations sur Y a-t-il un droit au bonheur ? :

puce Le droit naturel devient ce qui va de soi, ce que telle communauté considère comme obligation et droit si évidents qu'il lui semblerait ridicule de le formuler... Le droit naturel devient ainsi le droit non-écrit, supérieur au droit écrit parce qu'il n'a pas besoin de celui-ci pour être reconnu. Il n'en est pas moins historique... C'est ... lui qui, en évoluant, force le droit écrit à évoluer. (Philosophie politique) - F. Weil
puce Le besoin du droit naturel est aussi manifeste aujourd'hui qu'il l'a été durant des siècles et même des millénaires. Rejeter le Droit naturel revient à dire que tout droit est positif, autrement dit que le Droit est déterminé exclusivement par les législateurs et les tribunaux des différents pays. - Léo Strauss
puce Je n'ai qu'une passion, celle de la lumière, au nom de l'humanité qui a tant souffert et qui a droit au bonheur. - Emile Zola
puce Ainsi ce n'est pas la paix qui est par le droit; car, par le droit, à cause des apparences du droit, et encore illuminées par les passions, c'est la guerre qui sera, la guerre sainte; et toute guerre est sainte. Au contraire, c'est le droit qui sera par la paix, attendu que l'ordre du droit suppose une déclaration préalable de paix, avant l'arbitrage, pendant l'arbitrage, et après l'arbitrage, et que l'on soit content ou non. - Alain
puce Se dessaisir de son droit sur une chose, c'est se dépouiller de la liberté d'empêcher autrui de profiter de son propre droit sur la même chose... La transmission mutuelle du droit est ce qu'on nomme contrat. - Hobbes