La fuite du temps est-elle nécessairement un malheur ?

La fuite du temps est-elle nécessairement un malheur ? Sujets / Le sujet / Le temps /

Un début de problématisation ...

    L'expression commune « la fuite du temps » renvoie au rapport tragique que l'homme entretient à la temporalité. Dire que le temps fuit en effet n'est pas simplement dire qu'il passe ; c'est exprimer à l'égard du temps un sentiment qui dépasse le constat objectif de son écoulement. La métaphore de la fuite évoque une rapidité, et plus encore quelque chose qu'on ne maîtrise pas. Elle signe donc notre impuissance face à un temps qu'on aimerait retenir. L'irréversibilité du temps est à l'origine de ce sentiment de fuite. Le passé s'éloigne toujours plus et le présent, sitôt là, sombre dans ce qui n'est déjà plus. Avec le temps, ce sont les choses ou les êtres qui s'enfuient, et l'angoisse générée tient au fait que tout se transforme et se corrompt. Le sentiment de fuite tient donc au constat d'un changement incessant dont les êtres et les choses sont les victimes non consentantes. Pourtant, le temps s'écoule toujours à la même vitesse et est d'ailleurs objectivement mesurable par le mouvement du soleil ou par les horloges. Le temps présente donc une ambiguïté fondamentale. D'une part, il y a des traces objectives de sa fuite puisque l'enfant que j'étais hier est aujourd'hui un vieillard. Mais d'un autre côté, la métaphore de la fuite renvoie à notre façon de l'appréhender. Le problème qui se pose est donc celui de savoir si notre sentiment de fuite est lié à l'essence même du temps, ou au contraire à notre façon de le percevoir. La fuite est-elle la condition d'existence de la temporalité, ou n'y a-t-il de fuite du temps que pour une subjectivité ? L'homme peut-il se soustraire à cette fuite et comment le peut-il ?

Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : La fuite du temps est-elle nécessairement un malheur ?

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de La fuite du temps est-elle nécessairement un malheur ? Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "La fuite du temps est-elle nécessairement un malheur ?". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce comment peut on luter contre le sentiment de la fuite du temps - Le temps
puce Le temps est-il notre malheur ? - Le temps
puce Le temps est-il le signe de notre malheur? - Le temps
puce Dissertation : Selon vous, la poèsie permet-elle d'échapper à la fuite du temp ? - Autres sujets..
puce L'art est-il une fuite hors de la réalité ? - L'art




Citations sur La fuite du temps est-elle nécessairement un malheur ? :

puce La construction du temps apparaît ainsi comme le résultat d'une fuite devant le réel. Le temps n'est pas le symbole de l'éternité: il n'en est que la parodie. - Berger
puce Si nous avions de temps en temps quelques instants pour nous arrêter, regarder les choses, les juger, nous ne pourrions que demander grâce, reculer, effarés, prendre la fuite. - Jacques Sternberg
puce Ceux qui disent que la vie n'est qu'un assemblage de malheurs veulent dire que la vie même est un malheur. Si elle est un malheur, la mort est donc un bonheur. - Giacomo Girolamo Casanova
puce Une chose n’est pas nécessairement vraie parce qu’un homme meurt pour elle. - Oscar Wilde
puce Les tautologies sont valables pour tous les mondes possibles... une tautologie, ne nous apprend rien sur le réel, elle est vide de contenu, elle est purement formelle; d'autre part, sa valeur de vérité est soustraite aux contingences du réel, elle ne dépend pas de l'expérience: une tautologie est vraie a priori parce que vraie nécessairement. - Blanché