en quel sens le moi est il interieur?

en quel sens le moi est il interieur? Sujets / Le sujet / La conscience /

Un début de problématisation ...

    La conscience chez Descartes me fait prendre conscience de ce que je suis. Mais le moi intérieur est sans doute insaisissable. Elle me fait prendre conscience que le moi n'est pas maître dans sa propre maison chez Freud. C'est l'inconscient qui est un moi en moi qui me détermine.
Il l’est pour Pascal (cf texte de thèse de l’auteur)
Il l’est pour St Augustin : cf texte sur la conscience qui ne peut se connaître elle-même et sa thèse
Il n’est finalement qu’un sentiment en ce que j’ai l’impression d’être le même en dépit du temps qui passe.

PROBLEME : L'énoncé un peu vague du sujet invite à une formulation plus précise de la ou des problématiques en jeu. On peut se demander ce qu'est la connaissance de soi en posant le problème de l'introspection, et si autrui n'est pas mieux placé que moi pour me connaître dans la mesure où ma subjectivité nuirait à l'objectivité de ma propre connaissance de moi-même. Inversement, autrui dans son objectivité peut-il réellement me connaître en tant que conscience, c'est-à-dire en tant que subjectivité ? Quant à nous, nous nous bornerons à traiter ici de la question du rapport entre la conscience de soi et la connaissance de soi (problème souvent proposé au baccalauréat dans des sujets tels que : « Suis-je ce que j'ai conscience d'être », ou « La conscience immédiate de soi est-elle connaissance de soi ? »). En effet, du point de vue de la connaissance de soi (« savoir ce que je suis »), ce qui me distingue de toute autre personne (ce qui me « place » dans une situation unique par rapport à elles), c'est que je suis le seul à être conscient de moi : seul « je » suis conscient d'être « je ». La question est ainsi de savoir dans quelle mesure la conscience de soi est connaissance de soi.
MOI
(pr. pers. et n. m.) ÉTYM.: latin me, accusatif de ego, "je", "moi". SENS ORDINAIRES: 1. La personne en tant qu'elle se désigne elle-même et qu'elle présente une certaine stabilité. 2. La conscience individuelle, en tant qu'elle est attentive à elle-même et soucieuse, prioritairement, de ses propres intérêts. PHILOSOPHIE: 1. Le moi-substance: réalité permanente considérée comme le support inaltérable de tous les états (affectifs et intellectuels) qui n'en constituent que des "accidents", c'est-à-dire des aspects momentanés. 2. Chez Kant, le moi transcendantal: représentation du sujet qui doit nécessairement accompagner toutes les autres et qui est une et identique en chaque conscience. 3. Chez Freud, dans la seconde topique: instance du psychisme qui joue le rôle d'un médiateur entre le ça, le surmoi et le monde extérieur (cf. Topique). 4. Chez Fichte, le moi absolu: acte originaire de la pensée qui en exprime l'autonomie radicale.
Contrairement à ce que pourrait suggérer le langage courant (en "substantifiant" un pronom personnel), le moi ne recouvre pas une réalité aisément identifiable, car il ne renvoie ni à une donnée palpable ni à une abstraction. Puisqu'il n'est pas une entité figée, une chose (il n'y a pas un moi, ni des moi mais seulement moi qui suis unique en même temps qu'insaisissable), le moi ne serait-il qu'une "fiction verbale", porteuse de faux problèmes philosophiques? Où donc situer le moi s'il est toujours au-delà de ses états et de ses qualités? Nulle part bien entendu... Tout comme la personne*, le moi est plus une forme ou une fonction unificatrice originaire ("Le je pense doit pouvoir accompagner toutes mes représentations selon Kant*) qu'une donnée empirique ou qu'une véritable substance*.
Dans la théorie freudienne, le moi est une "fraction du ça" qui a dû se modifier sous l'influence du monde extérieur. Privilégiant le principe de réalité* par rapport au principe de plaisir*, le moi remplit essentiellement une fonction de médiateur: il s'efforce de concilier les intérêts contradictoires du ça* et du surmoi*, tout en tenant compte du monde extérieur. Son rôle est difficile, mais également essentiel: situé au centre de tous les conflits, il doit éviter, ou tenter de surmonter, les crises les plus aiguës sans dommages excessifs (culpabilité, angoisse) pour la personne dont il représente seul l'ensemble des intérêts.
TERMES VOISINS: je; ego; soi. CORRÉLATS: ça; identité; inconscient; individu; principe de plaisir , substance; surmoi; topique.

L'identité
La notion d'identité est paradoxale parce qu'elle consiste à poser deux termes tout en les disant équivalents. Moi = Moi. Pour sortir de la platitude de cette tautologie, il faut s'interro¬ger sur ce qui nous amène, malgré tout, à poser deux termes. La question de l'identité ne se pose pour nous que parce que nous nous interrogeons sur nous-mêmes, nous avons une rela¬tion réflexive à nous-mêmes en nous demandant : « qui sommes-nous ? » Pour apporter une réponse à cette question, il nous faut passer par la médiation d'un récit : être un sujet, c'est être capable de retracer sa propre histoire sous une forme narrative. Au cours de ce récit, nous allons être confrontés aux différentes identifications à travers lesquelles, aux différentes étapes de notre vie, a pu se constituer notre identité. Notre identité ne se construit en effet pas de façon solitaire mais par la confrontation à différentes images du moi auxquelles nous nous identifions tour à tour. L'identité n'est-elle qu'une construction par identifications successives ? Ou bien notre identité véritable n'est-elle pas plutôt le fruit du travail par lequel nous nous déprenons tour à tour de ces différentes identifications, et qui nous permet d'en faire le récit ?


Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : en quel sens le moi est il interieur?

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de en quel sens le moi est il interieur? Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "en quel sens le moi est il interieur?". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce quel est le sens de la vie ? - L'existence
puce quel est le sens de la souffrance - L'existence
puce Quel sens donner à l'oubli ? - Le temps
puce quel est le sens du mythe de sisyphe - Divers
puce Quel sens ya t il à revendiquer la liberté - La liberté




Citations sur en quel sens le moi est il interieur? :

puce Dès qu'on a pensé quelque chose, chercher en quel sens le contraire est vrai. - Simone Weil
puce Quel sens avait donc la vie si elle n'était pas une longue préparation à  la mort ? - Hugh MacClennan
puce La liberté n'est pas oisiveté ; c'est un usage libre du temps, c'est le choix du travail et de l'exercice : être libre en un mot n'est pas ne rien faire, c'est être seul arbitre de ce qu'on fait ou de ce qu'on ne fait point ; quel bien en ce sens que la liberté ! - Jean de La Bruyère
puce Comme n'importe quel caractère, le comportement d'un être humain est façonné par une incessante interaction des gènes et du milieu... dans ces conditions, attribuer une fraction de l'organisation finale et le reste au milieu n'a pas de sens... comme tout organisme vivant, l'être humain est génétiquement programmé, mais il est programmé pour apprendre. - François Jacob
puce Les plus belle fêtes sont celles qui ont lieu à  l'intérieur de nous. - Frédéric Beigbeder