toute pensée est-elle nécéssairement consciente

toute pensée est-elle nécéssairement consciente Sujets / Le sujet / La conscience /

Un début de problématisation ...

    Problématique :
Le sujet pose la question de savoir s’il peut exister une pensée qui serait inconsciente ? La pensée est consciente (cf. Descartes) mais peut-être pas toute pensée. Il existe peut-être une pensée qui serait non consciente, voire inconsciente (Cf. Nietzsche et Freud)

A savoir :
Friedrich Nietzsche
(1844-1900)
Tout ce qui nous devient sen¬sible dans la conscience a dû être d'abord apprêté, simplifié, interprété. Le véritable procédé de la "perception intérieure", l'enchaînement des causes entre les pensées, les sentiments, les désirs, entre le sujet et l'objet, nous est entièrement caché. » •
Il est sensible, en effet, que, par une nécessité invincible, l'esprit humain peut observer directement tous les phénomènes, excepté les siens propres. Car, par qui serait faite l'observation ? On conçoit, relativement aux phénomènes moraux, que l'homme puisse s'observer lui-même sous le rapport des passions qui l'animent, par cette raison, anatomique, que les organes qui en sont le siège sont distincts de ceux destinés aux fonctions observatrices. Encore même que chacun ait eu occasion de faire sur lui de telles remarques, elles ne sauraient évidemment avoir jamais une grande importance scientifique, et le meilleur moyen de connaître les passions sera-t-il toujours de les observer en dehors ; car tout état de passion très prononcé, c'est-à-dire précisément celui qu'il serait le plus essentiel d'examiner, est nécessairement incompatible avec l'état d'observation. Mais, quant à observer de la même manière les phénomènes intellectuels pendant qu'ils s'exécutent, il y a impossibilité manifeste. L'individu pensant ne saurait se partager en deux dont l'un raisonnerait, tandis que l'autre regarderait raisonner. L'organe observé et l'organe observateur étant, dans ce cas, identiques, comment l'observation pourrait-elle avoir lieu ?
Auguste Comte, Cours de philosophie positive, première leçon.
En ce texte, Auguste Comte cherche à ruiner les psychologies fondées sur l'introspection, ou observation directe de l'esprit par lui-même. Le texte commence par l'énoncé brutal de la thèse de Comte : de même qu'un oeil ne peut se regarder regardant — à moins qu'il ne soit en face d'un miroir —, un esprit ne peut observer directement ses propres phénomènes. L'explication qui s'ensuit apporte quelques précisions qui nuancent cette affirmation. Il convient de distinguer entre :
1) L'observation des phénomènes moraux, comme les passions, qui. parce que « les organes qui en sont le siège sont distincts de ceux destinés aux fonctions observatrices », peuvent faire l'objet d'observations accomplies par le sujet qui en est victime. Ainsi puis-je constater l'altération soudaine que provoque dans mes poumons une douleur profonde ou une surprise.
Il importe cependant de préciser que ces observations ne sont possibles que tant que la passion demeure peu violente. La confusion du célèbre témoignage de Phèdre montre leurs limites :
« Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue ;
Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue ;
Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler ; Je sentis tout mon corps et transir et brûler » I. Phèdre, acte sc. 3, vers 269 sqq

On comprend dès lors que ces observations « ne sauraient évidemment avoir jamais une grande importance scientifique. »
2) L'observation immédiate des phénomènes intellectuels par l'esprit qui les accomplit est impossible. Un mathématicien qui veut s'observer en train de résoudre un problème doit suspendre ses recherches' mathématiques ; de sorte qu'il est, en définitive, aussi ridicule qu'un cycliste qui descendrait de sa bicyclette pour se regarder pédaler:
Comment l'esprit peut-il donc accéder à la conscience de soi ? En contemplant ses oeuvres, en lesquelles sont inscrits les procédés, les méthodes et les lois auxquels il s'est soumis sans en avoir d'abord conscience. Aucune lumière n'éclaire la nuit de notre for intérieur, c'est pourquoi l'esprit doit sortir de lui-même, s'objectiver en des créations comme les religions, l'art, les institutions ou les sciences pour accéder, en les étudiant, à la conscience de soi.

Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : toute pensée est-elle nécéssairement consciente

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de toute pensée est-elle nécéssairement consciente Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "toute pensée est-elle nécéssairement consciente". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce toute pensée échappe-t-elle à la conscience ? - La conscience
puce la conscience est toujours consciente d'elle meme? - Le soi
puce La conscience est toujours consciente d'elle meme? - La conscience
puce De toute pensée, je suis le sujet - La conscience
puce Le langage peut-il exprime toute la pensée - Le langage




Citations sur toute pensée est-elle nécéssairement consciente :

puce Il y a mythe et mythe, et s'il fallait condamner le mythe dans son ensemble, on en viendrait à condamner toute religion et même toute raison. La puissance de symboliser peut bien devenir un piège pour la pensée, mais elle en est aussi le germe. - Pradines
puce Une chose n’est pas nécessairement vraie parce qu’un homme meurt pour elle. - Oscar Wilde
puce Les tautologies sont valables pour tous les mondes possibles... une tautologie, ne nous apprend rien sur le réel, elle est vide de contenu, elle est purement formelle; d'autre part, sa valeur de vérité est soustraite aux contingences du réel, elle ne dépend pas de l'expérience: une tautologie est vraie a priori parce que vraie nécessairement. - Blanché
puce Si les mathématiques sont "un devenir", toute axiomatique est également ouverte, sous peine de stérilité... C'est en vain que la pensée cherche à se poser comme référentiel neutre en proposant une explication totalitaire, intégrale, qui se refermerait sur elle même et sur le monde. - Grateloup
puce De quoi il s'agit: "Est-il possible comme le pense le logicisme (Russel), de donner une définition purement logique des notions mathématiques? Ou bien la pensée mathématique possède-t-elle, comme le soutient l'intuitionnisme (Brouwer) une spécificité telle que toute reconstruction logique des mathématiques sera toujours inadéquate? - Grateloup