faut-il respecter les traditions?

faut-il respecter les traditions? Sujets / La morale / La morale /

Un début de problématisation ...

    Prologues possibles, ou, deux oppositions factuelles qui permettent d'introduire le sujet.

Toutes les sociétés humaines s'élèvent au dessus de l'animalité en se conformant à des règles transmises de génération en génération se donnant comme autant de valeurs absolues. Les sociétés archaïques tendent à sacraliser cet héritage tandis que les sociétés modernes prétendent au contraire le dépasser, développant une grande diversité d'attitudes : conservation, réaction, réforme, rupture, révolte, révolution…

En étant poli avec mon semblable, en le saluant tous les matins, en le remerciant lorsqu'il me donne quelque chose, je respecte des traditions en même temps que les autres hommes. En revanche, en participant à un bizutage, je respecte une tradition mais je peux aussi ainsi porter atteinte à la dignité d'une personne.


Il est donc légitime de se demander s'il faut respecter la tradition.

Reformulation du sujet.

En d'autres termes, la soumission externe (ou conformisme social) et/ou la soumission interne, c'est-à-dire la reconnaissance par un sujet libre de la valeur de l'ensemble des règles sociales de pensée et d'action, hérité du passé humain, est-elle légitime moralement et/ou fondée en raison ? Devons-nous et au nom de quoi nous abstenir de porter atteinte à la tradition et/ou nous conformer intégralement à elle en lui reconnaissant de la valeur ?

Problème :

Il s'agit d'évaluer la tradition en proposant un principe d'évaluation qui déterminera notre conduite par rapport à elle. Cependant, ce principe ne devra pas dériver de cette même tradition. Comment la tradition pourrait-elle s'auto-évaluer ? Mais nos valeurs nous sont transmises par elle et c'est avec elles que nous évaluons. L'humanisme et son rationalisme propre qui permettrait d'instaurer un recul critique et de juger une tradition est lui-même inscrit dans une tradition. Le problème sera donc celui du rapport de la conscience et de la raison humaines à leur contexte culturel, à leur histoire et à leur pouvoir de s'en libérer : la raison et la conscience humaines sont-elles nécessairement soumises à la tradition, un produit de l'histoire des peuples ou bien peuvent-elles s'en libérer pour devenir source et principe d'évaluation supérieur à la tradition, quoique comprises en elle ?

Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : faut-il respecter les traditions?

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de faut-il respecter les traditions? Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "faut-il respecter les traditions?". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce faut-il respecter les traditions? - L'homme, l'humain
puce Que faut-il respecter? - Le devoir
puce Faut-il respecter la tradition ? - L'homme, l'humain
puce Faut-il respecter toutes les opinions ? - Le savoir
puce Est-ce par intérêt qu'il faut respecter autrui? - Autrui




Citations sur faut-il respecter les traditions? :

puce Pour vivre ici-bas, il faut respecter des lois et surtout en soi avoir foi. - Daniel Desbiens
puce Se taire en classe, c'est respecter le someil des autres. - Inconnu
puce J'ai trop le désir que l'on respecte ma liberté pour respecter celle des autres. - Inconnu
puce Etre timide suppose avoir un trop grand respect pour l'autre et de ne pas assez se respecter soi-même. - Vissio Guillaume
puce Les degrés du croire sont les suivants au plus bas, croire par peur ou par désir ... Au-dessus croire par coutume et imitation (croire les rois, les orateurs, les riches). Au-dessus, croire les vieillards, les anciennes coutumes, les traditions. Au-dessus, croire ce que tout le monde croit (que Paris existe, même quand on ne le voit pas). Au-dessus croire ce que les plus savants affirment en accord d'après des preuves ... Tous ces degrés forment le domaine de la croyance. - Alain