Que peut-on savoir de soi ?

Que peut-on savoir de soi ? Sujets / Le sujet / La conscience /

Un début de problématisation ...

    On pense que l’on se connaît spontanément soi-même mieux que quiconque et que savoir ce que l’on est et qui l’on est, est un privilège indéniable que le sujet a sur lui-même. Etant ce que je suis, me connaître est la chose la plus aisée, car je suis à moi-même l’objet le plus proche et le plus clair : je suis à la fois, dans une intime proximité, celui que j’ai à connaître et celui qui a à connaître. Aussi, nulle difficulté : je puis tout savoir de moi, immédiatement, par introspection.
Pourtant, la question posée suggère qu’une autre thèse est possible. Elle fait l’hypothèse qu’il n’est pas évident que l’on puisse se connaître, mais encore qu’il n’est pas aisé de savoir ce que l’on peut savoir. On peut donc semble-t-il savoir quelque chose de soi, bien que la question n’empêche pas que l’on réponde que l’on ne peut rien savoir du tout. Le moi comme identité personnelle, ma subjectivité, est suspectée de n’être pas transparente à elle-même, car on n’attend pas à la question posée une réponse telle qu’elle serait : on peut tout savoir. C’est donc l’idée de connaissance de soi qui est mise en crise. Qu’est-ce qui en effet fait problème ?
Connaître, dans les sciences, c’est en général connaître un objet extérieur : il faut qu’il y ait une distinction de nature entre le sujet connaissant et l’objet à connaître. Avec une méthodologie adéquate, je peux en effet parvenir à une connaissance de cet objet, que ce soit une connaissance physicienne, biologique, etc. Or, on remarque que moins est nette la distance qui sépare le sujet de l’objet à connaître, plus est difficile la constitution d’une telle connaissance. L’ambiguïté est maximale lorsque l’on prétend se connaître soi-même. En ce cas, il n’y a nulle distance, car je me confonds totalement avec ce que je veux connaître, si bien qu’on aboutit à la difficulté suivante : si le sujet connaissant est l’objet à connaître, cet objet se modifie en même temps que ma connaissance s’élabore, car ma connaissance, dans sa progression, est précisément une propriété actuelle de l’objet que je veux connaître. Ce qui revient à dire qu’en un sens, la connaissance de soi n’a pas d’objet déterminable, sinon ce processus de connaissance lui-même en tant qu’il tente de rassembler la totalité de ce que je suis (mon histoire, par exemple). D’autre part, et c’est la seconde difficulté, l’objet « soi-même » n’a en rien la structure d’un objet physique ou biologique : il n’est pas tangible, il n’est pas stable, il n’est pas observable en dehors de l’introspection qui le modifie entièrement, il est constitué par une histoire, etc. On peut donc légitimement douter qu’un savoir de soi-même soit possible ou au moins aisé.
Reste qu’il faut essayer de se connaître et de savoir quelque chose de soi-même : c’est là la condition de la conscience et l’une des règles fondatrices de l’éthique. Le problème qu’il convient donc de résoudre est le suivant : comment, si le sujet connaissant n’est autre que ce qu’il prétend connaître - c’est-à-dire, en un sens, s’il n’y a que le sujet connaissant -, un savoir de soi est-il rigoureusement possible ? Et si une connaissance de soi est possible, qu’est-ce qui est connu en réalité ?


Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : Que peut-on savoir de soi ?

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de Que peut-on savoir de soi ? Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "Que peut-on savoir de soi ?". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce Peut - il y avoir savoir faire sans savoir ? - La technique
puce Peut-il y avoir savoir sans savoir faire? - La technique
puce Comparez et constatez connaitre un ami avec savoir nager, savoir une théorie scientifique et connait - La vérité
puce Sujet: <>.Expliquez - Le savoir
puce expliquer et discuter ces propos : la vie n'est pas seulement la recherche du savoir ,elle est aussi la dissolution de tout savoir acquis - Le savoir




Citations sur Que peut-on savoir de soi ? :

puce Il y a trois sortes de savoir : le savoir proprement dit, le savoir-faire et le savoir-vivre ; les deux derners dispensent assez bien du premier. - Charles Maurice de Talleyrand-Périgord
puce Si l'on n'a pas visité deux marchés,on ne peut pas savoir lequel est le meilleur. - Proverbe mossi
puce Vieillir, c'est aussi savoir combien de choses peut emporter le vent. - Pierre Reverdy
puce Le tact dans l'audace, c'est de savoir jusqu'ou on peut aller trop loin. - Jean Cocteau
puce Le tact dans l'audace, c'est de savoir jusqu'ou on peut aller trop loin. - Blaise Pascal