la science a-t-elle des limites?

la science a-t-elle des limites? Sujets / La raison et le réel / Le savoir /

Un début de problématisation ...

    Introduction :
Dans le contexte du progrès incessant des sciences et techniques, la société développe de manière parfois contradictoire une suspicion croissante à l'égard de la science, tout en désirant, pourtant, bénéficier des bienfaits attendus de ses résultats dans des domaines aussi divers que ceux de la connaissance, de la santé, de la communication et de l'environnement. Cette fin de siècle est donc caractérisée par un véritable paradoxe :

• d'un côté, une société qui a foi dans le progrès technique et qui continue à " miser " sur lui,

• de l'autre, l'expression de sa méfiance, de sa désillusion face à la science, souvent désignée, dans une réaction d'amalgame, comme responsable des maux et dysfonctionnements de la planète et des sociétés humanisées. Cette situation peut parfois provoquer un retour à diverses formes d'idéologies qui rompent clairement avec la démarche objective et l'approche rationnelle qui ont fondé les succès de la science depuis le milieu du 19ème siècle. Par ailleurs, les religions, les philosophies et les sciences se cherchent... et rarement se trouvent ! Au mieux elles cohabitent. Les philosophes sont à la recherche de nouveaux systèmes de pensée qui, dépassant le simple constat et la simple analyse des situations, soient à même de conférer une " plus-value " positive à la réflexion sur le monde. Ils se bornent souvent à une exégèse contrainte d'une science et de technologies dominantes et jugées par eux parfois " dominatrices ".

Il en résulte un certain état de questionnement voire d'incertitude dans la jeune génération, plongée au sein d'un tourbillon de valeurs, que plus personne n'identifie clairement, et vis-à-vis desquelles il est de plus en plus difficile de se positionner personnellement, alors qu'il est notamment apparu que les sciences, la philosophie et les religions, bien comprises dans leurs finalités propres, n'ont aucun motif profond et inéluctable de s'exclure mutuellement.

Interroger les limites de la science, c'est donc non seulement se demander si la science épuise le réel, mais aussi s'interroger sur les limites de la rationalité.




Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : la science a-t-elle des limites?

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de la science a-t-elle des limites? Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "la science a-t-elle des limites?". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce faut-il poser des limites à la science ? - Autres sujets..
puce Dans quelles mesures faut il non seulement decouvrir ses limites mais aussi se donner des limites ? - Autres sujets..
puce La pensée a-t-elle des limites ? - Le savoir
puce La liberté a-t-elle des limites? - La liberté
puce la perfection de l'homme a-t-elle des limites? - Autres sujets..




Citations sur la science a-t-elle des limites? :

puce Le mythe donne une réponse; provisoire, il est vrai, mais enfin une réponse aux questions de l'homme curieux de connaître la raison des choses. Il s'agit donc d'un phénomène purement intellectuel. La mythologie comme la science est donc un produit de l'intellect... Ce qui la distingue de la science, c'est qu'elle dinne infiniment plus de poids à l'imagination et pas assez à l'observation. - Krappe
puce La science est à deux faces. Si d'une part elle est, par essence, théorique et spéculative, de l'autre elle vise à l'application ... La spéculation et l'application sont inséparables, et les grecs n'avaient pas faits exception à cet égard: la mathématique naissante ne s'appliquait-elle pas de bonne heure à l'étude des sons au mouvement des astres, aux phénomènes optiques? - Milhaud
puce La science ne se soucie ni de plaire, ni de déplaire, elle est inhumaine. - Anatole France
puce L'histoire n'est pas une science. Elle dépend trop des témoignages humains - Elisabeth Vonarburg
puce La mathématique n'est pas une science dans le même sens que les autres. Elle est certes scientifique, et même de façon exemplaire, par sa rigueur, sa précision, sa certitude, mais elle n'est pas une connaissance des choses. C'est un langage cohérent, mais indifférent au réel. - Blanché