l'État detruit-il la liberté ?

l'État detruit-il la liberté ? Sujets / La morale / La liberté /

Un début de problématisation ...

    L'Etat n'est pas l'expression de la justice et de la liberté, mais celle de l'oppression. Il sert d'alibi à l'exploitation de l'homme par l'homme. C'est un monstre bureaucratique et parasitaire qui entrave les libertés individuelles.

Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : l'État detruit-il la liberté ?

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de l'État detruit-il la liberté ? Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "l'État detruit-il la liberté ?". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce la notion d'inconscient détruit-elle toute moralité? - L'inconscient
puce Selon certain penseur, l'école detruit les valeurs traditionnel que nos parents nous ont inculquées. Quant pensez vous? - La morale
puce L'Etat est-il l'ennemi de la liberté ? - La liberté
puce L'Etat est-il l'ennemi de la liberté ? - L'Etat
puce L'Etat est-il un obstacle à la liberté? - La liberté




Citations sur l'État detruit-il la liberté ? :

puce La fin de l'Etat est donc en réalité la liberté. - Benedict (Baruch) Spinoza
puce Il n'y a que la force de l'Etat qui fasse la liberté de ses membres. - Rousseau
puce Un peuple qui s'abandonne prend pour un état de liberté le plaisir de se laisser couler. - Ferdinand Bac
puce L'histoire de la liberté, c'est l'histoire des limites du pouvoir de l'Etat. - Thomas Woodrow Wilson
puce On a réclamé la liberté de penser ce qui est un peu plus absurde que si l'on eût réclamé la liberté de la circulation du sang... Ce que les sophistes appelaient la liberté de penser était la liberté de penser tout haut; c'est à dire de publier ses pensées... la liberté de penser n'était donc que la liberté d'agir. - Louis-Ambroise vicomte de Bonald