Le travail est-il pour nous un droit ou une fatalité ?

Le travail est-il pour nous un droit ou une fatalité ? Sujets / La culture / Le travail /

Un début de problématisation ...

    n L'étymologie du mot travail donne à penser qu'il s'agit d'une activité radicalement pénible. Le tripalium désigne un supplice, un instrument de torture. Le travail serait pour l'essentiel et au-delà des sentiments de chacun, une activité douloureuse à laquelle nous serions condamnés.
Dans la Genèse et dans la tradition judéo-chrétienne qui la prolonge, le travail a un sens religieux. Il est la conséquence du péché originel des premiers hommes. Dieu condamne ceux qui ont transgressé sa volonté à cultiver une terre qui ne produit plus spontanément ce dont ils ont besoin pour subsister. La terre n'est plus un jardin (le paradis terrestre). Elle ne produit que « des épines et des chardons » si l'homme ne la transforme pas « à la sueur de [son] front ». C'est pourquoi il serait ici illusoire de penser qu'on peut affranchir le travailleur d'une servitude qui rappelle son péché et qui a, en définitive, valeur d'expiation.


Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : Le travail est-il pour nous un droit ou une fatalité ?

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de Le travail est-il pour nous un droit ou une fatalité ? Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "Le travail est-il pour nous un droit ou une fatalité ?". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce Le travail est-il une fatalité? - Le travail
puce quelles sont les grandes dispositions du droit du travail qui ont été mises en oeuvre pour protéger l'emploi et lutter contre le chômage ? - Divers
puce Les hommes sensibilisés par les valeurs humanistes, Liberté, Egalité, Fraternité et tolérance, exaltent la dignité du travail et proclament qu'ils cessent d'être une malédiction pour devenir un honneur, un privilège, un droit. Quelle place doit-on donner - Le travail
puce le travail est il un droit? - Le travail
puce Y a-t-il un droit au travail? (BAC L 1999) - Le travail




Citations sur Le travail est-il pour nous un droit ou une fatalité ? :

puce Le droit naturel devient ce qui va de soi, ce que telle communauté considère comme obligation et droit si évidents qu'il lui semblerait ridicule de le formuler... Le droit naturel devient ainsi le droit non-écrit, supérieur au droit écrit parce qu'il n'a pas besoin de celui-ci pour être reconnu. Il n'en est pas moins historique... C'est ... lui qui, en évoluant, force le droit écrit à évoluer. (Philosophie politique) - F. Weil
puce Il est évident qu'il est parfaitement censé et parfois même nécessaire de parler de lois... injustes. En passant de tels jugements, nous impliquons qu'il y a un étalon du juste et de l'injuste qui est indépendant du Droit positif et lui est supérieur: un étalon grâce auquel nous sommes capables de juger le droit positif". Léo Strauss, Droit naturel et histoire. - Lévi Strauss
puce Cette folie est l'amour du travail, la passion moribonde du travail, poussée jusqu'à l'épuisement des forces vitales de l'individu et de sa progéniture... il faut mater la passion extravagante des ouvriers pour le travail... - Lafargue
puce Il est évident qu'il est parfaitement censé et parfois même nécessaire de parler de lois... injustes. En passant de tels jugements, nous impliquons qu'il y a un étalon du juste et de l'injuste qui est indépendant du Droit positif et lui est supérieur: un étalon grâce auquel nous sommes capables de juger le droit positif. - Léo Strauss
puce Refuser à  l'autre le droit à  la critique lui donne plus de pouvoir pour nous critiquer. - Pierre Trépanier