peut on faire la guerre au nom des droits de l'homme

peut on faire la guerre au nom des droits de l'homme Sujets / La politique / La justice et le droit /

Un début de problématisation ...

   
Le droit est issu de l’Etat et les premiers États apparaissent à l’époque de l’invention de l’écriture, il y a environ 5000 ans. Pourtant dans les sociétés primitives régnait déjà une forme de droit qu’on pourrait considérer comme « moral ». D’une façon générale, aucune société humaine ne peut vivre sans droit c’est à dire sans un ensemble de règles qui délimitent ce qui est permis et ce qui est interdit. C’est pourquoi la transgression de ces règles peut engendrer des conflits qui se traduisent par la mise à l’écart de celui ou de ceux qui ont désobéi aux lois. Mais cela ne signifie pas la guerre. Celle-ci au contraire peut apparaître contraire au droit, à plus forte raison quand le droit s’inspire des Droits de l’homme, puisqu’elle est un déploiement de violence. La guerre peut sembler inverse à ce qui devrait être autorisé, parce qu’elle déchaîne les passions mauvaises et surtout, une fois que les Droits de l’Homme sont reconnus, ce qui est le cas de tous les États modernes, peut-on faire la guerre en leur nom ? l’Onu a t-elle le droit de réclamer une guerre, ou de l’autoriser ?


Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : peut on faire la guerre au nom des droits de l'homme

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de peut on faire la guerre au nom des droits de l'homme Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "peut on faire la guerre au nom des droits de l'homme". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce faire la guerre est-ce nier l'humanité - Divers
puce la politique a-t-elle pour fin de faire cesser la guerre de chacun contre chacun - L'Etat
puce L’homme a déclaré la guerre à la nature, il la cessera ou la perdra. - La technique
puce les droits de l'homme ont-ils encore un sens? - La justice et le droit
puce les droits de l'homme:mythe ou realité - La justice et le droit




Citations sur peut on faire la guerre au nom des droits de l'homme :

puce Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression. (1789) - Déclaration des Droit de l'Homme
puce Guerre intestine de l'homme entre la raison et les passions... ayant l'un et l'autre, il ne peut être sans guerre, ne pouvant avoir la paix avec l'un qu'ayant guerre avec l'autre: ainsi il est toujours divisé et contraire à lui même. - Pascal
puce Tu brûles d'impatience de faire la guerre? Commence par examiner ce qu'est la nature de la paix et celle de la guerre, les avantages et les désavantages qu'entraînent à leur suite ces deux modes d'activité, tu te demanderas alors, après mûre réflexion, s'il est avantageux de remplacer la paix par la guerre. - Érasme
puce Guerre intestine de l'homme entre la raison et les passions. S'il n'avait que la raison sans passions ... S'il n'avait que les passions sans raison ... Mais ayant l'un et l'autre il ne peut être sans guerre ne pouvant avoir la paix avec l'un qu'ayant guerre avec l'autre: ainsi il est toujours divisé, et contraire à lui-même. - Pascal
puce Après tout, les droits de l'homme avaient été définis comme "inaliénables" parce qu'ils étaient supposés indépendants de tout gouvernement; or il s'est révélé qu'au moment où les êtres humains se retrouvaient sans gouvernement propre et qu'ils devaient se rabattre sur leurs droits minimum, ils ne se trouvaient plus ni autorité pour les protéger, ni institutions prêtes à les garantir. - Arendt