peut-on etre heureux en étant injuste? et une dessertation aussi pour la question suivant: est-il plus facile de connaitre autrui que de se connaitre soi-meme?

peut-on etre heureux en étant injuste? et une dessertation aussi pour la question  suivant: est-il plus facile de connaitre autrui que de se connaitre soi-meme? Sujets / Le sujet / La conscience /

Un début de problématisation ...

    Certes, avant Descartes, la conscience n'est pas ignorée. De Socrate*, qui fait sien l'oracle de Delphes "Connais-toi toi-même" à saint Augustin* qui, dans les _Confessions_, invité au retour sur soi, au redi in te pour atteindre la foi et la vérité intérieure, la conscience apparaît comme la condition nécessaire et préalable de toute recherche de sens* et de vérité*. Mais pour que la conscience devienne vraiment un problème philosophique, il fallait qu'elle joue un rôle constitutif dans la connaissance. Or la naissance de la science moderne et mécanique, au XVII^e siècle, bouleverse profondément l'ancienne représentation d'un monde ordonné et finalisé, héritée à la fois de la philosophie chrétienne et de l'aristotélisme. C'est dans ce contexte de crise que Descartes, dans les Méditations métaphysiques, entreprend de soumettre tout savoir -y compris le plus assuré- à l'épreuve du doute*. Et l'unique certitude qui résiste au doute est celle du Cogito ergo sum: "Je pense, donc je suis".

Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : peut-on etre heureux en étant injuste? et une dessertation aussi pour la question suivant: est-il plus facile de connaitre autrui que de se connaitre soi-meme?

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de peut-on etre heureux en étant injuste? et une dessertation aussi pour la question  suivant: est-il plus facile de connaitre autrui que de se connaitre soi-meme? Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "peut-on etre heureux en étant injuste? et une dessertation aussi pour la question suivant: est-il plus facile de connaitre autrui que de se connaitre soi-meme?". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même ? (BAC ES 2008) - Autrui
puce est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même? - Autrui
puce est-il plus facile de connaitre autrui que de se connaitre soi même ? - La conscience
puce peut-on être heureux en étant injuste ? - La justice et le droit
puce peut-on être heureux en étant injuste? - Le bonheur




Citations sur peut-on etre heureux en étant injuste? et une dessertation aussi pour la question suivant: est-il plus facile de connaitre autrui que de se connaitre soi-meme? :

puce Au lieu d'être attentifs à  connaître les autres, nous ne pensons qu'à  nous faire connaître nous-mêmes. Il vaudrait mieux écouter pour acquérir de nouvelles lumières que de parler trop pour montrer celles que l'on a acquises. - Madeleine (Madame de Sablé) de Souvré
puce Le meilleur moyen pour apprendre à se connaître c’est de chercher à comprendre autrui. - André Gide
puce Le meilleur moyen pour apprendre à se connaître, c'est de chercher à comprendre autrui. - André Gide
puce Le devoir est facile à  connaître, c'est ce que l'on désire le moins faire. - Anonyme
puce Le premier qui démontra le triangle isocèle ... fut frappé d'une grande lumière; car il trouva qu'il ne devait pas s'attacher à ce qu'il voyait dans la figure... , mais qu'il n'avait qu'à dégager ce que lui même y faisait entrer par la pensée (raison) et construisait a priori, et que, pour connaître certainement une chose a priori, il ne devait attribuer à cette chose que ce qui dérivait nécessairement de ce qu'il y avait mis lui même, suivant le concept qu'il s'en était fait. - Kant