peuton subordonner las droits de l'homme à la raison d'Etat

peuton subordonner las droits de l'homme à la raison d'Etat Sujets / La politique / L'Etat /

Un début de problématisation ...

   
Les Droits de l’homme sont naturels et universels, ils trouvent leur origine dans la philosophie du 17 et 18ème siècles et furent proclamés en août 1789 en France. Ils affirment le droit inviolable de tous à la vie, à l’égalité et à la propriété. Mais après les horreurs du deuxième conflit mondial, une Déclaration Universelle les a repris et complétés sous l’égide de l’Onu. Car ils n’ont cessé d’être bafoués depuis la Révolution française. Entre autres il est arrivé que des hommes meurent ou soient emprisonnés et privés de leurs biens par des gouvernements, au nom de ce qu’on appelle la raison d’Etat : celle ci consiste dans le refus par un Etat, au nom du bien général, mais presque toujours en secret, respecter les droits d’une personne humaine. La raison d’Etat n’a théoriquement pas de valeur morale, et ne doit pas subordonner les droits de l’homme : voyons en quoi cela est exact.



Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : peuton subordonner las droits de l'homme à la raison d'Etat

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de peuton subordonner las droits de l'homme à la raison d'Etat Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "peuton subordonner las droits de l'homme à la raison d'Etat". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce la raison d'Etat doit-elle subordonner la raison de l'homme ? - L'Etat
puce La politique a-t-elle le droit de subordonner la morale à la Raison d'Etat ? - L'Etat
puce La politique a-t-elle le droit de subordonner la morale à la Raison d'Etat ? - L'Etat
puce est-ce de la nature, de la société ou de l'Etat que l'individu tient ses droits? - La justice et le droit
puce A-t-on raison de distinguer l’homme radicalement du reste du monde vivant (autres espèces) ou bien doit-on reconsidérer notre place dans la nature en accordant plus de droits et de respect à la biosphère en général (nos frères animaux, nos cousines plante - L'homme, l'humain




Citations sur peuton subordonner las droits de l'homme à la raison d'Etat :

puce Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression. (1789) - Déclaration des Droit de l'Homme
puce Un homme qui vient d'être placé ne se sert plus de sa raison et de son esprit pour régler sa conduite et ses dehors à  l'égard des autres ; il emprunte sa règle de son poste et de son état : de là  l'oubli, la fierté, l'arrogance, la dureté, l'ingratitude. - Jean de La Bruyère
puce Après tout, les droits de l'homme avaient été définis comme "inaliénables" parce qu'ils étaient supposés indépendants de tout gouvernement; or il s'est révélé qu'au moment où les êtres humains se retrouvaient sans gouvernement propre et qu'ils devaient se rabattre sur leurs droits minimum, ils ne se trouvaient plus ni autorité pour les protéger, ni institutions prêtes à les garantir. - Arendt
puce Les droits de l'homme en général ne sont pas les privilèges qu'un groupe humain plus ou moins clos revendique par rapport à un autre groupe humain... Le droit de vivre, le droit d'exister et de respirer, le droit à la liberté sont des droits élémentaires qui n'ont ni goût ni saveur, ils vont de soi... - Jankélévitch
puce Rien n'est si doux que lui (l'homme) dans son état primitif, lorsque, placé par la nature à des distances égales de la stupidité des brutes et des lumières funestes de l'homme civil et borné également par l'instinct et par la raison à se garantir du mal qui le menace, il est retenu par la pitié naturelle de faire lui même du mal à personne, sans y être porté par rien, même après en avoir reçu. - Rousseau