le plaisir a-t il une valeur morale ?

le plaisir a-t il une valeur morale ? Sujets / Le sujet / Le désir /

Un début de problématisation ...

    PLAISIR (n. m.) ÉTYM.: latin placere, "plaire", "être agréable". SENS ORDINAIRE: satisfaction physique ou morale. PSYCHOLOGIE: pôle de la vie affective, par opposition à la douleur, résultant de la satisfaction d'un besoin et dont la représentation engendre désir et intérêt. PHILOSOPHIE MORALE: Souverain, Bien, dans les doctrines morales hédonistes. ESTHÉTIQUE: sentiment de satisfaction désintéressé, éprouvé en présence de la beauté, qu'elle soit naturelle ou artistique. Le plaisir est le plus souvent conçu négativement. Platon*, par exemple, en dénonce le caractère tyrannique et illusoire: à peine satisfait, le désir renaît et avec lui la souffrance. Et même lorsque Épicure* en fait le principe de sa morale*, il n'en retient qu'une définition négative. Pour l'épicurisme, le plaisir, comme Souverain Bien*, est absence de douleur, ou ataraxie. Mais il est possible de penser le plaisir positivement, non comme visée, ou comme fin de l'action, mais comme son couronnement. Selon Aristote*, c'est de surcroît qu'une action est accompagnée de plaisir. Le plaisir naîtrait de la rencontre d'une activité non entravée et de l'objet le mieux approprié à sa mise en oeuvre. L'exemple d'activité que donne Aristote est la vision. Il existe un plaisir de voir, qui ne résulte pas d'un manque préalable, mais du plein exercice de la faculté de voir, ce dont témoigne le plaisir esthétique. TERMES VOISINS: jouissance; satisfaction. TERMES OPPOSÉS: douleur; peine; souffrance. PRINCIPE DE PLAISIR Cf. Principe. CORRÉLATS: bonheur; désir; hédonisme; morale. MORALE (n. f.) ÉTYM.: du latin mores, "moeurs" et spécialement de moralis, chez Cicéron, qui traduit ainsi le grec êthikos, "relatif aux moeurs", "moral". SENS ORDINAIRE: ensemble de règles de conduite et de valeurs au sein d'une société ou d'un groupe (ex.: la "morale chrétienne"). PHILOSOPHIE: doctrine raisonnée indiquant les fins que l'homme doit poursuivre et les moyens d'y parvenir (ex.: la "morale stoïcienne"). -La question des fins La philosophie morale cherche à répondre, sous la seule autorité de la raison. À la question des fins et de la destination de l'homme, pour éclairer ses choix pratiques. En cela, elle se distingue de la religion ou de toute autre forme de morale établie. À cette question des fins et de la destination de l'homme, la philosophie a traditionnellement répondu en définissant préalablement le bien*, c'est-à-dire un principe d'évaluation permettant de déterminer quelles sont les fins que doit se proposer l'action humaine. C'est ainsi que pour l'épicurisme*, le bien consiste dans l'usage raisonnable des plaisirs; pour le stoïcisme*, il est dans l'exercice de la vertu*. On le voit, la définition du bien varie d'une doctrine à l'autre. Mais, dans tous les cas, il s'agit de poser les fondements d'une vie bonne et, du même coup, d'une vie heureuse. Au brouillon, vous pouvez commencer par prendre des exemples. De là, vous entamerez un travail d'analyse et de conceptualisation.
Assurément, le besoin de se nourrir, de boire, de se repo¬ser semblent bien appartenir à l'ordre des besoins qui, s'ils ne sont pas satisfaits, nuisent à l'organisme, et peuvent entraîner sa mort.
Maintenant, que penser d'une personne qui dirait avoir besoin d'un magnétoscope ou d'une voiture, par exemple ? Faux besoins ?
Passons au travail de conceptualisation. De toute évidence, vrai et faux ne se disent pas des besoins comme d'un calcul mathématique ou d'une proposition. Vrai, ici, semble signifier vital, impérieux, naturel. Faux, non vital,
superflu, artificiel. La satisfaction des uns est une nécessité, non celle des autres.
La difficulté de ce sujet tient paradoxalement dans le fait qu'il semble très facile de distinguer en ce sens de vrais et de faux besoins. On ne comprend pas vraiment pourquoi la question se pose. On cerne mal la problématique. En fait, ce sujet ne demande pas seulement de distinguer de vrais et de faux besoins; il demande si l'on peut le faire. On ne traitera philosophiquement ce sujet que si l'on voit bien que c'est à ce niveau de la possibilité que la question se pose. Sinon, on fera bien une analyse, mais celle-ci ne s'inscrira dans aucune problématique. Or, la dissertation philosophique exige les deux : une problématique d'ensemble, qui indique que vous avez compris les enjeux d'une question, et une analyse des concepts, dans le cours du devoir.
Donc, peut-on distinguer de vrais et de faux besoins ? Formulons la problématique : si les besoins naturels sont dits vrais, et les besoins artificiels faux, c'est que l'on présuppose que l'homme vrai » est l'homme naturel. Tous les artifices qu'il s'ajoute (et d'abord, les produits qu'il fabrique), et tous les besoins qu'il se crée, seraient en quelque sorte contre nature . Notre problématique consiste à interroger ce présupposé. Qui nous dit en effet que la véritable nature de l'homme n'est pas au contraire sa faculté de produire un monde d'objets pour sa consommation et son plaisir, et de créer ainsi des besoins nouveaux ? Peut-on encore distinguer de vrais et de faux besoins, si l'homme se définit avant tout par son travail, et par conséquent sa capacité de transformer le monde et de se transformer lui-même?
Munis de la problématique, qui doit apparaître dans l'introduction, et d'instruments d'analyse, nous pouvons maintenant nous lancer dans la rédaction de la dissertation.


Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : le plaisir a-t il une valeur morale ?

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de le plaisir a-t il une valeur morale ? Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "le plaisir a-t il une valeur morale ?". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce Y a-t-il une valeur de l'exemple en morale ? - La morale
puce "La Fontaine déclare : " L'apologue unis le plaisir du récit à l'enseignement d'une morale" justifiez ces propos dans un développement organisé". - Divers
puce le plaisir que donne l'oeuvre d'art est-il distinct du plaisir des sens - L'art
puce Comparer plaisir présent et plaisir futur - Le temps
puce explication de texte Kant Critique de la raison C'est la loi morale, dont nous avons immédiatement conscience ...sans la loi morale, lui serait restee inconnue" explication de ce texte sur la liberté et la morale. Diviser ce texte en 3 parties - Commentaires de Philosophie




Citations sur le plaisir a-t il une valeur morale ? :

puce Ce qui fait la valeur morale de la division du travail .. c'est que, par elle, l'individu reprend conscience de son état de dépendance vis-à-vis de la société. - Durkheim
puce La vraie question morale... est celle de savoir si nous n'avons qu'une nature ou si nous en avons deux. Si nous n'avons qu'une nature... la tâche de la morale est bien simple: elle consiste à laisser cette nature poursuivre ses fins. Mais si la pensée constitue en nous une seconde nature, supérieure, en valeur et en dignité, à notre nature animale la possibilité du devoir apparaît aussitôt... - Jules Lachelier
puce N'oubliez jamais que ce qu'il y a d'encombrant dans la morale, c'est que c'est toujours la morale des autres. - Léo Ferré
puce La liberté est sans doute la raison d'être, la condition de la loi morale... la loi morale est ce qui nous fait connaître la liberté. - Kant
puce A mesure que se développe la notion d'une responsabilité morale de la personne, le bonheur dont il s'agit est moins un bonheur échu qu'un bonheur mérité. (La morale antique) - Robin