science, expérience et culture

science, expérience et culture Sujets / La raison et le réel / La théorie et l'expérience /

Un début de problématisation ...

    Sujet : Science, expérience et culture.


PROBLEMATISATION :

Un sujet se composant d’une juxtaposition de terme nécessite un questionnement premier pour pouvoir en dégager un problématisation. Plusieurs sont possibles, naturellement. Nous devons donc choisir celle qui englobe la majorité des questionnements possibles.
L’introduction devra donc faire part du cheminement de pensée conduisant à cette interrogation principale.
Nous devons d’abord et avant tout nous entendre sur le sens que nous accordons à ces mots.
La science
La science est en premier lieu la connaissance exacte et approfondie de quelque chose. On dira d'un individu qu'il est « savant », qu'il a la « science infuse ». Le savoir et la science dans cette première acception seraient synonymes. Plus précisément et ce sera le second sens, la science apparaît comme ce qu'on appelle une discipline scientifique autrement dit comme un corps de connaissance ayant un objet déterminé et reconnu avec une méthode propre. Ainsi la biologie a comme objet le vivant (bio-logos = théorie, discours sur la vie) au sens large, le règne végétal, animal et même minéral et possède une méthode propre avec ses propres théories et ses expérimentations propres. De manière plus large, la science apparaît – et ce sera le troisième sens – comme un ensemble de connaissances, d'études d'une valeur universelle, caractérisé par un objet et une méthode déterminés, et fondé sur des relations objectives vérifiables. Ce que nous retenons ici ce sont les caractéristiques d'universalité, d'objectivité, et on pourrait rajouter de nécessité. Une loi scientifique, issue donc de la science, a une étendue universelle, est objective et nécessaire.
L'expérience
L'on peut distinguer deux grands types d'expérience : l'expérience en général et l'expérience dite scientifique, autrement dit l'expérimentation. La langue allemande, notons le distingue bien ces deux concepts : Erfahrung renvoie à l'expérience vécu, ce qui a été appris pendant la vie passé. Experiment se réfère au domaine scientifique. Précisons :
L'expérience généralement c'est d'abord un vécu, un ressenti : on fait l'expérience de la mort, de l'amour, de la tristesse, de la joie. C'est aussi le résultat d'un processus temporel d'accumulations de ces vécus : ainsi le capitaine Haddock a plus l'expérience de la navigation et de la mer que les Dupont soumis plus facilement au mal de mer.
Dans l'acception plus scientifique du terme, l'expérience c'est l'expérimentation. Si l'expérience dans le sens général est de l'ordre du réceptif, et donc dans une certaine mesure du passif, l'expérimentation est provocation. En partant de conditions déterminées, le scientifique provoque une observation de manière à ce que le résultat non connu à l'avance fasse connaître la nature ou la loi de phénomène en question. Cf les séances de TP en biologie ou en physique.
Culture :

Du latin cultura, culture du sol » (de colere, « cultiver »). Mise en valeur des terres (agriculture), des corps (culture physique) ou des esprits (culture intellectuelle), travail visant à les rendre féconds. Par opposition à nature, tout ce qui est l'oeuvre de l'homme. En sociologie, ensemble des connaissances et des pratiques transmises par l'éducation et propres à un groupe social donné (exemple : la culture orientale). Culture peut en ce sens être rapprochée de la notion de civilisation.

INTRODUCTION :
La science, en tant que connaissance exacte, porte vers l’universalité. Elle est une, même si elle porte sur plusieurs objets. La science sans l’expérience serait vaine. L’expérience seule permet la recherche et la vérification.
Si la science a une valeur universelle, universalité permise par l’expérimentation, la culture, quant à elle, semble tendre vers la particularité, vers la singularité. Elle n’est pas une et la même pour tout le monde ; elle est différente d’un pays à un autre, d’une communauté à une autre, et même d’un individu à un autre.
De plus, la science, même si elle a une valeur universelle, ne peut s’expérimenter par tous. Nous devons admettre les que les recherches scientifiques nécessitent tout d’abord un certain développement technique et technologique que tout le monde ne possède pas, mais nous devons également reconnaître qu’elle a un cout dont tout le monde ne peut s’affranchir.
La question que nous devons dès lors nous poser est : est-il légitime de penser que la science et l’expérience que nous pouvons en faire nous permettent-elles de considérer notre civilisation comme supérieure aux autres ?


Notre culture se caractérise par un haut degré de développement scientifique et technique. C'est un fait. Tout le problème est de savoir si ce fait nous "autorise" à affirmer que notre civilisation (notre culture) est supérieure aux autres c'est à dire si ce fait rend légitime cette affirmation. La question est celle du droit. Avons-nous le droit de considérer notre culture comme supérieure sous prétexte que son niveau scientifique et technique est élevé ? Si la réponse était négative il serait alors légitime de se demander quel autre critère de hiérarchisation entre les cultures utiliser si tant est que ce critère existe. C'est peut-être justement la notion même de critère de hiérarchisation qui est à interroger. L'intérêt de ce problème est double. D'abord il nous permettra de nous situer par rapport aux autres cultures qu'elles soient éloignées de nous dans le temps ou dans l'espace. Ensuite il nous éclairera sur la mondialisation de notre culture qui s'impose de plus en plus aux autres. Cette mondialisation est-elle légitime (elle viendrait de notre supériorité) ou au contraire est-elle une aberration de l'histoire conduisant à la destruction des autres cultures dont les valeurs seront alors perdues pour l'homme ?
Présupposé de la question

Ce qui caractérise notre culture est un haut degré de développement scientifique et technique et la possibilité que nous avons d’expérimenter ce qui nous interroge. C'est un fait qui ne doit pas être remis en question.
Réponse spontanée

Elle est affirmative. Nous avons tendance à nous croire supérieurs et c'est en ce sens que nous taxons de primitives (le terme est évidemment péjoratif) les sociétés qui ont peu développées les sciences et les techniques.



Obtenir un corrigé personnalisé du sujet de philosophie : science, expérience et culture

Vous devez traiter ce sujet ?

Obtenir le corrigé de science, expérience et culture Notre équipe de professeurs de philosophie se propose de réaliser pour vous un véritable corrigé de "science, expérience et culture". Votre sujet de philo sera traité selon les indications que vous fournirez. Vous pouvez même spécifier le délai sous lequel vous souhaitez recevoir votre correction. Vous recevrez votre corrigé par email, en toute simplicité, dés que votre sujet aura été traité.

Obtenir ce corrigé - Fonctionnement de MaPhilo.net

Discuter de ce sujet

Souhaitez-vous commenter ce sujet, pour obtenir de l'aide de la part des autres visiteurs ou, au contraire, en offrir ?

Sujets similaires :

puce science, expérience et culture - La théorie et l'expérience
puce Science et experience - La théorie et l'expérience
puce Peut-on fonder la science sur l'expérience ? - La théorie et l'expérience
puce La compréhension repose sur l'expérience et la culture. Est-il dès lors impossible d'accéder à un savoir objectif? - L'histoire
puce La compréhension repose sur l'expérience et la culture. Est-il dès lors impossible d'accéder au savoir objectif? - Autres sujets..




Citations sur science, expérience et culture :

puce Dans ces conditions toute expérience sur la réalité déjà informée par la science est en même temps une expérience sur la pensée scientifique. - Bachelard
puce L'homme reste donc étranger au champ authentique des relations formelles et de l'expérience qui constituent la science. Ce qu'on appelle les "sciences humaines" sont en réalités des savoirs. - Russ
puce Alors que la race est strictement affaire d'hérédité, la culture est essentiellement affaire de tradition, au sens large du terme: qu'une science, ou un système religieux, soit formellement enseigné aux jeunes par leurs éducateurs, qu'un usage se transmette d'une génération à une autre génération, que certaines manières de réagir soient empruntées sciemment ou non par les cadets à leurs aînés, qu'une technique - ou une mode - pratiquée dans un pays passe à un autre pays ... autant de phénomènes qui apparaissent comme indépendants de l'hérédité biologique et ont ceci de commun qu'ils consistent en la transmission ... ... n'est pas autre chose que la culture du milieu social en question. - Michel Leiris
puce Ainsi nous serons toujours ramenés au centre philosophique où se fondent à la fois l'expérience réfléchie et l'invention rationnelle, bref dans la région où travaille la science contemporaine. - Bachelard
puce Par suite de cette hostilité primaire des hommes les uns envers les autres la société de la culture est constamment menacée de désagrégation. (Le Malaise dans la culture) - Freud